Absence d’un réseau adéquat, comportements contraires aux bonnes pratiques : avec ses défaillances du système d’assainissement, Ziguinchor face aux inondations

La problématique de l’assainissement se pose avec acuité à Ziguinchor, pôle qui constitue l’une des stations qui enregistrent les plus importantes quantités pluviométriques du pays. Des pluies qui sont le plus souvent à l’origine de forts ruissellements et qui exposent certains quartiers de la ville à des risques d’inondations ; un phénomène provoqué par la stagnation ou le ruissellement anarchique des eaux pluviales.

Malgré un réseau de drainage des eaux pluviales, la collecte, le traitement et l’évacuation des eaux usées et pluviales urbaines demeurent une équation à plusieurs inconnues, aussi bien pour les autorités municipales que pour les populations.

Et si d’aucuns incriminent les populations et pointent du doigt certains comportements aux antipodes des bonnes pratiques environnementales, ces dernières indexent, par contre, les défaillances d’un système d’assainissement combinées à une absence d’un réseau d’assainissement adéquat pour eaux usées ou pluviales. En attendant, ce sont les populations de plusieurs quartiers de Ziguinchor qui s’enlisent dans les eaux.

Ces quartiers où hivernage rime avec calvaire des populations
Belfort, un quartier qui jouxte le boulevard des 54 M et longé par un canal mal entretenu servant de déversoir de toutes sortes d’ordures et traversant également les quartiers de Boucotte et de Korenthas.

A chaque saison des pluies, le quotidien des populations se conjugue à Belfort avec désespoir, colère, amertume et impuissance. C’est le cas cette année encore avec toutes les rues et ruelles de ce populeux quartier qui sont envahies par les eaux de pluie et de ruissellement avec leurs lots de déchets domestiques, de débris de toutes sortes et où voguent crapauds et petits poissons.

En outre du fait de l’impraticabilité des voies d’accès, la mobilité des populations est à chaque fois compromise ; et beaucoup de maisons sont en permanence inondées.
Avec les dernières pluies enregistrées, l’eau a envahi les chambres, les salons de beaucoup de familles qui ont quasiment perdu, du coup, meubles, denrées alimentaires et autres objets d’usage.

A cela s’ajoute l’éclosion des moustiques qui exposent les populations, notamment les enfants, au paludisme, aux maladies diarrhéiques, à des dermatoses si fréquentes en période hivernale à Ziguinchor.

“Le Quotidien”

Laisser un commentaire