16,3 milliards F Cfa sur 5 ans pour la location du bateau électrique turc «Aysegul Sultan» : Les détails d’un contrat opaque

En plus des conséquences environnementales, la location du bateau électrique turc «Aysegul Sultan» pour cinq ans coûte chère à l’Etat du Sénégal : 16,3 milliards F Cfa. En plus, une certaine opacité entoure ce contrat, dont les détails n’ont jamais été publiés.

Le bateau turc «Aysegul Sultan» amarré au môle 4 du Port de Dakar depuis octobre dernier coûte cher, autant sur le plan environnemental que financier. En plus de la pollution marine et atmosphérique avec son corollaire de maladies respiratoires, Aysegul Sultan, qui était une centrale électrique, va valoir au contribuable sénégalais plus de 16,375 milliards F Cfa (250 millions d’euros) sur les 5 ans qu’il va passer au Sénégal.

Une somme colossale qui balaie d’un revers de mains les révélations des autorités, qui ont claironné partout que le Sénégal est autosuffisant en électricité. La Senelec avançait même que sa production était excédentaire au point qu’elle en vendait aux pays voisins comme la Gambie. Quel paradoxe !

Selon des experts étonnés par ce contrat opaque, le coût de la location de ce bateau peut construire une centrale flambant neuve. Sans le dire, cette stratégie rappel le Plan « Takkal », qui avait été mis en place par le régime de Me Abdoulaye Wade pour résoudre le déficit de production auquel, était confronté la Senelec à l’époque.

Les détails du contrat jamais dévoilés

Par ailleurs, le bateau n’injecte que 120 mégawatts dans la production du Sénégal, selon le contrat signé avec les autorités turques. Alors que, sa capacité de production est de 250 mégawatts. Pourquoi cette clause contractuelle ? Une opacité qui rappelle que les détails du contrat, signé il y a plus de 8 mois, n’ont jamais été dévoilés aux Sénégalais qui s’attendaient à une baisse du prix de l’électricité, ayant connu il y a quelques mois une hausse substantielle. Ce qui avait poussé les associations de la société civile à descendre dans la rue pour contraindre la Senelec à revenir sur les nouveaux prix sans succès.

Il faut rappeler que le directeur général du Port de Dakar, Ababacar Sédikh Bèye en compagnie des hauts dirigeants de la Société nationale d’électricité pour parapher le protocole d’accord avec les Turcs, qui continuent à avoir une mainmise sur plusieurs pans de l’économie nationale.

Rewmi Quotidien

Laisser un commentaire