Vidéo : La communauté sénégalaise révoltée par le réduit à néant de 40 années d’économie de Seydou Diop à Tivaoune Peulh

    Vidéo

    S’il y a une chose que le gouvernement n’a pas besoin, en ces temps troubles des fronts politique et social, c’est bien la révolte de la diaspora sénégalaise qui se pointe. Cette population qui a mis en place les bases de ce qui deviendra l’APR est indignée: la destruction des 52 maisons de Tivaoune Peulh parmi lesquelles se trouve celle de Seydou Diop a du mal à passer.

    Il s’appelle Seydou Diop et il a, derrière lui, une quarantaine d’années d’immigration en France. Et près d’un demi siècle de rêve pendant lequel il a économisé, centime après centime, espérant, comme ses ainés, rentrer au pays. Et avoir un toit au dessus de sa tête. Pendant ses quarante années à l’étranger, il s’était fait sienne cette vérité que tous les migrants se jurent et font promettre à leur descendance: rentrer, un jour, au pays; mort ou vivant.

    Après avoir affronté l’inconnu -en migrant vers cette lointaine France, en 1976- serré les dents face au racisme ambiant, aux quolibets permanents et souffert dignement et dans le silence, Seydou, qui vient de prendre sa retraite, a cru que l’heure était venue -pour lui aussi- de jouir des fruits de son sacrifice. Sa retraite, c’est une renaissance. Et c’est vers son pays qu’il voulait la vivre pleinement.

    Il n’ambitionnait pas de rêves démesurés. Il avait juste besoin d’un toit où finir ses jours et voir grandir ses enfants qui ont fait leur humanité loin du père. Comme la plupart des pionniers de l’immigration, Seydou Diop n’a pas envisagé que ses héritiers vivent les galères que lui, le père, a vécues chez les blancs.

    Pour lui, sa descendance doit vivre au Sénégal et participer à la construction du Sénégal émergent. Cette nation, à la construction de laquelle il n’a jamais cessé de répondre, était -elle l’est encore mais pour combien de temps?- sa grande fierté. Pour sa famille biologique mais aussi politique, Seydou n’a jamais failli.

    L’APR originel, c’est eux. Lorsque personne ne croyait en l’avenir de cet ancien Premier ministre qui venait, en 2008, de claquer la porte du puissant régime libéral, ce sont ces ainés-là, téméraires et visionnaires, qui l’ont accueilli, à Mantes la Jolie. Ce sont eux qui l’ont aidé à mettre en place les embryons qui deviendront l’Alliance pour la République, en mettant, à plusieurs reprises, la main à la poche pour financer ses activités.

    Il a acheté son terrain et commencé à bâtir sa villa à Tivaoune Peulh quand le président Macky Sall a invité les immigrés à investir au pays et à préparer leur retour. Des millions de Franc CFA ont été dépensés pour la construction d’un immeuble R+2. Et alors qu’il a envisagé d’aménager, en ce décembre prochain, voila que des engins de la Descoss « pilotés » par la main invisible d’une dame haut placée, qui se dit propriétaire d’un champ ayant toujours appartenu à des Peulhs, ordonne la destruction de 52 maisons.

    Sans arrêt de justice, sans la moindre sommation. De propriétaires, ils sont devenus sinistrés. Ruinés et déboussolés. Pour sa part, Seydou, bien que traumatisé par cet acte qui le plonge dans ses pires cauchemars garde sa sérénité. Sa révolte à lui, elle est intérieure et pacifique. « Elle s’exprimera par le droit« , a-t-il déclaré.

    Parce que ce père de famille est un homme de dialogues. Un homme toujours aux cotés des siens. « D’ailleurs, c’est pour cela que j’ai immigré en France pour pouvoir changer la vie des miens, au pays, comme ici en France. »

    C’est cette présence dans toutes les activités organisées par la communauté -cette constance à tendre la main à l’autre; aux nécessiteux, aux persécutés et à tous les faibles qui ont croisé son chemin-, qui a poussé les Sénégalais de la diaspora à se sentir directement interpellés. « Seydou, c’est un des nôtres et cette agression, on a du mal à l’accepter » a déclaré Mme Thilo Sall, une compatriote vivant à Cergy.

    Comme elle, ils sont des dizaines à avoir contacté la rédaction de kewoulo.info. La destruction de la maison de Seydou Diop par un privé, sans aucune procédure judiciaire, sans sommation, ils ont du mal à l’accepter dans un Etat de droit. Leur indignation est si vive, si forte, si profonde qu’on en oublie qu’ils sont des dizaines de pères et mères de familles qui se sont retrouvés, en l’espace d’une journée, sans maison.

    Comme ce proverbe qui voudrait que Dieu reconnaisse les siens au jour du Jugement, la diaspora a choisi son camp. Parce ce que, « quand Seydou est allé s’installer dans cette zone, de nombreux parents ont fait de même. » Désormais, tout le monde vit la rage au cœur, la boule au ventre.

    Babacar Touré

    Laisser un commentaire