Tivaouane Peul – Démolition de 52 maisons : Les propriétaires réclament des comptes

Tivaouane Peul

Le collectif des propriétaires de maisons émet des interrogations sur la démolition de 52 constructions opérée mercredi passé. Selon eux, l’ordonnance de démolition portait sur 8 maisons d’où leur quête pour tirer l’affaire au clair.

Après le passage des bulldozers mercredi, le collectif des propriétaires de constructions et maisons démolies s’est donné rendez-vous hier dimanche sur le site du désastre pour évaluation. «De 8 maisons pour lesquelles elle (la responsable de compagnie prestige immobilier (Cpi) avait or­donnance de démolition elle est pas­sée à 52.

Il faut qu’elle nous ex­plique pourquoi elle a cassé toutes les autres et qui lui a donné l’ordre et pourquoi elle n’a pas adressé de sommations», a précisé Baba Tandian qui dit avoir «rejoint le collectif»,  parce que son épouse et sa belle-sœur font partie des victimes des démolitions.

Pour l’ancien président de la Fédé­ration de basket, témoin du passage des bulldozers, mercredi passé,  une opération de démolition obéit à beaucoup de cri­tères, énumérant, entre autres, «u­ne décision de justice, une sommation aux occupants». «Il y a beaucoup de zones d’ombre sur les éléments que détient le soit disant propriétaire de ce site», a-t-il ainsi déploré.
Revenant sur les propos du chef de la Descos, qui faisait état de «maisons construites dans l’anarchie totale et en toute illégalité», M. Tandian de préciser : «Je connais bien le commandant Ndiaye qui est un homme intègre. Il n’a fait que répercuter les informations qu’il tient de la dame. Elle me l’a personnellement dit comme quoi les gens construisaient durant la nuit». Ce qui est totalement faux, assure M. Tandian.
Pape Diop, président du collectif abonde dans le même sens. «Le commandant de la Descos a été induit en erreur», a-t-il avisé en ce sens, appelant aussi à plus de rigueur dans la délivrance de titres aux promoteurs immobiliers. «C’est la Sipres, la Cse et la Cpi qui sont à l’origine de tous les problèmes de la zone. La Socabeg est là, l’Apix aussi et on ne les entend pas dans des litiges», fait prévaloir le président du collectif.
Dans une démarche unitaire au­jourd’hui, tous ces collectifs en con­tentieux avec les trois promoteurs immobiliers demandent à l’Etat de prendre au sérieux les dos­siers. «Nous avons rendez-vous avec le maire de la commune mardi et nous allons organiser une marche pour nous faire entendre», ont révélé les membres des trois collectifs déterminés à garder leurs propriétés.

Avec Lequotidien

Laisser un commentaire