Vidéo: Le Babiili Mansa fait ses adieux au peuple éternel de Gambie

Vidéo

Après les nombreux revirements qu’il a effectués, le dernier roi de Gambie a officiellement abandonné ses aspirations à confisquer le pouvoir de Banjul. Il l’a annoncé cette nuit à la GRTS, la télévision publique gambienne.

« Je suis fier et honoré d’avoir servi ce pays et vous remercie tous, femmes et hommes, enfants et adultes de ce pays. Je remercie les forces de sécurité et tous ceux qui m’ont servi pour l’interet de ce pays. Et je soumets ma personne au jugement de Dieu », tels sont les derniers propos de l’homme qui a régné en maitre absolu sur Banjul, pendant 22 ans et 7 mois.

Cette fois ci c’est bien terminé, la page Yahya Jammeh définitivement est fermée en Gambie et le Babiili Mansa doit, finalement, quitter Banjul en cette journée de samedi 21 janvier 2017, abandonnant derrière lui partisans et fédayins dont le sort n’a pas été évoqué par le Babiili Mansa lors de sa dernière adresse à la nation.

Après avoir refusé toutes les propositions à lui offertes, Yahya Jammeh, qui voulait entrer dans l’histoire du Gabou, en mourant en martyr comme Kéléfa Sané qui repose à Bariya, en territoire gambien, connaitra le même sort de Daouda Kaïraba Jawara, l’éxil. Contrairement à l’information officielle qui le veut en Guinée, l’exil du dernier roi de Gambie se fera, selon notre analyse, en Mauritanie.

A défaut des pays que la Cedeao lui a refusé, le seul havre de paix où Yahya Jammeh peut être sûr de vivre, toute son existence, en toute impunité, c’est bien la Mauritanie. Dans ce pays, il compte de nombreux amis. Et la Mauritanie est aussi connue pour sa marginalisation dans le concert des Nations. Son non respect des Droits de l’homme a toujours été dénoncé. Mais, jamais les organisations des Droits de l’homme n’ont réussi à faire poursuivre aucun officiel mauritanien.

Il s’y ajoute que la Mauritanie n’étant pas membre de l’organisations des Etats ennemis -la Cedeao- il n’y a que ce pays qui puisse le mettre à l’abri du lobbying des membres de la CPI qui piaffent d’impatience de le voir voisin de son ami, Koudou Laurent Gbagbo, son maitre à penser dans la contestation des résultats électoraux.

Laisser un commentaire