Vidéo : Après son appel à la résistance, Abdoulaye Wade reçoit une tempête d’indignation

    Vidéo

    On les attendait sur la situation socio-politique du Sénégal, l’indignation collective suite à la mise sur la place publique des liens incestueux entre la famille Sall et des investisseurs étrangers, c’est sur les propos d’un citoyen sénégalais que la DSE de France s’est prononcée. Hier, au siège de l’APR à Boulogne Billancourt, les camarades de Demba Sow ont remis l’ancien président du Sénégal à sa place: dans « un musée de paléontologie » (Sic)

     

     

    Ils rêvaient d’une occasion favorable pour faire face à la presse, défendre Macky Sall et son régime. Abdoulaye Wade leur a offert cette opportunité sur un plateau …médiatique. La terne DSE de France a subitement retrouvé l’usage de la parole. Elle ne s’est pas fait prier. Hier, devant une foule de partisans qui encerclait une poignée de journalistes -toute la presse sénégalaise à Paris-, Demba Sow et Moise Sarr ont fait étalage de leur art de vendre « le vertueux régime de Macky Sall » calomnié, samedi dernier, par l’ancien « vicieux pouvoir d’Abdoulaye Wade. »

    Comme prétexte de cette opération de séduction, ils se sont servis de la dernière sortie publique d’Abdoulaye Wade qui, à l’occasion, demandait -entre autres « déclarations incendiaires »-, aux sénégalais « de résister face à la dictature de  Macky Sall« , de « désavouer l’hymne national dont la musique est composée par un vagabond » au profit de son hymne africain que personne ne chante et de se battre pour empêcher à « la famille Sall de faire mains basses sur nos ressources naturelles. »

    Bien que très mesurés dans leurs propos, -par respect pour son âge et pour son parcours dans l’histoire du Sénégal », Demba Sarr, le coordonnateur de la DSE comme son camarade Moïse Sarr se sont démarqués de ce Sénégal des régressions démocratiques dépeint par l’ancien président du Sénégal. Pour eux, ce Sénégal-là est sorti de l’imagination fertile -ou fébrile- de l’opposant de Versailles. Si les accusations d’Abdoulaye Wade concernent les échauffourées notées lors de la dernière marche de l’opposition à Dakar, Demba Sow pense que « la faute incombe aux opposants qui ont voulu changer le parcours balisé par les forces de l’ordre. » 

    Se voulant les boucliers contre les attaques dont fait face le président et sa famille, les conférenciers pensent que c’est plutôt à l’ancien régime que devait être imputés tous les manquements notés dans ce dossier Franck Timis. « Quand la  personne reconnaît sa responsabilité, je crois que c’est la meilleure des preuves que l’on pouvait attendre. Abdoulaye Wade a avoué avoir signé le contrat Franck Timis, alors je pense que le débat doit être clos. » A souhaité Moïse Sarr, le responsable à la Communication de l’APR.

    Comme cette « opposition de salon« , dirigée par Abdoulaye Wade, ne pense qu’à écrire des contrevérités et que cette campagne de sape est en train de faire du grabuge sur le capital de confiance du régime auprès de l’opinion, Moïse Sarr et son camarade pensent que la DSE compte descendre sur le terrain et porter la réplique. Parce que, « ce Sénégal que décrit Abdoulaye Wade ressemble fort à celui-là dans lequel nous sommes sortis depuis le 25 mars 2012. » Pour Demba Sow, « ce Sénégal là appartient à l’histoire de la paléontologie comme son auteur. »     

     

    1 COMMENTAIRE

    1. comment ils peuvent défendre le président de la république alors qu ils ont pas regardé sa sortie???
      comment peut on dire que wade a parlé de résistance sans connaitre le sens de sa phrase??
      comment peut on parlé de la résistance française sans avoir un minimum de bagage?
      comment peut on parler d un pays sans connaitre son histoire?
      comment ses gens la peuvent parler au noms de tous les apéristes?
      UNE CONFÉRENCE DE PRESSE ON LA PRÉPARE

    Laisser un commentaire