Urgent: Les suspects de la tuerie de Bofa Bayotte transférés à Dakar

Urgent: Les suspects de la tuerie de Bofa

La maison d’arrêt et de correction de Ziguinchor a fait de la place nette ce week-end. Alors que les attentions étaient braquées sur l’affaire du policier gifleur du commissariat, le Gign a procédé au transfèrement des des prévenus interpellés dans le cadre de la tuerie de Bofa Bayotte.

Ce week-end a été très mouvementé à la prison centrale de Ziguinchor. Alors que les esprits tournés vers la capitale du sud étaient préoccupés par le sort du policier Mame Mbaye comme de celui de Joseph Mendy, le jeune motocycliste qui a filmé la gifle policière devenue virale sur la toile, des éléments du GIGN procédaient, dans la maison contiguë au commissariat, à l’extraction des 16 prévenus suspectés d’avoir organisé et exécuté la tuerie qui, le 6 janvier dernier, avait causé la mort de 14 bûcherons à Bofa.

Ainsi, Oumar Ampoi Bodian, le président des transporteurs urbains de Ziguinchor, (Sotrazig) et employé à la poste a été, avec ses camarades, acheminé à bord d’un avion militaire et écroué à Dakar. Au camp pénal pour Ampoï Bodian présenté avec René Capain Bassène comme les intellectuels du groupe, au cap manuel et à la prison centrale de Reubeus pour tout le reste. Alors qu’à Ziguinchor les familles avaient craint pour la vie de Seydi Sané (80 ans)  et de Mamadou Lamine Sagna dit Dou (56 ans), ces deux grands malades ont été transférés au pavillon spécial Bichât de Dakar.

Si les familles n’ont pas été averties de ces transfèrements, l’administration pénitentiaire, elle, en symbiose avec la gendarmerie avait craint que des complices encore dans la nature ne puissent venir perturber les opérations coordonnées par le Groupement d’intervention de la gendarmerie nationale dépêché dans la capitale du Sud. Aussi, ce transfèrement serait motivé, pour l’autorité, du fait qu’on craignait que des individus essaient de s’attaquer à la prison centrale de Ziguinchor pour sortir les détenus. Ou pour communiquer, tout simplement.

Pour rappel, cette même pratique avait été utilisée par le gouvernement de Abdou Diouf à l’encontre de tous les détenus pris dans le cadre du Mfdc. Arrêtés dans les années 1980, Mamadou Nkrumah Sané, l’abbé Augustin Diamacoune Senghor et compagnie avaient été transférés à Dakar, puis à Saint-Louis pour Nkrumah Sané. Koutal pour César Atoute Badiatte etc. Et toutes ces personnes n’ont dû leur salut qu’à leur soudaine libération au nom de la nécessité de paix.

Alors qu’ils étaient poursuivis des mêmes chefs que les inculpés d’aujourd’hui, les mis en examen d’hier avaient été libérés d’office pour apaiser le climat social: Abdou Diouf voulait que le Pape Jean Paul 2 foule le sol sénégalais en même temps que le Sénégal accueillait le sommet de la francophonie (OCI, 1992).

Et le Pape Jean Paul 2 -qui avait un de ses prêtres emprisonné- a exigé la libération de l’abbé Diamacoune avant de venir honorer le Sénégal de sa présence. Comme l’abbé n’avait pas de sang sur les mains, le gouvernement a accepté de le libérer. Mais, faisant dans la surenchère, l’abbé en complicité avec Sanoune Bodian et Mamadou Nkrumah Sané ont exigé la libération de toit le monde sinon rien. Finalement, c’est tous qui avaient été libérés et acheminés par bateau à Ziguinchor. On était en 1990 et les combattants avaient pu se réunir à Cacheu -le 28, 29 et 30 mai- pour préparer les accords de paix de Bissau signés le 31 mai 1991.

PARTAGER
Article précédentRD Congo : Marche des catholiques contre le président Kabila
Article suivantRevue de presse du Lundi 26 Février 2018 avec Mamadou Mouhamed Ndiaye
Babacar Touré
Journaliste d’investigation, Babacar Touré est le Directeur de Publication de www.kewoulo.info. Il a dirigé la publication de www.senenews.com et a été, tour à tour, directeur de publication de L’indépendant-hebdo, un journal d’investigation sénégalais. Diplômé en Sciences politiques à l’Université de Paris 8, Saint-Denis (France), ancien Reporter à la rédaction du Témoin puis à L’Obs, à Dakar, Correspondant à Paris de Sen-Tv et La Tribune, il a collaboré avec Le Courrier de Mantes -Les Yvelynes-, Le Républicain, -Essonne- en région parisienne. Livres Publiés: -«Cote d’Ivoire, violences d’une transition manquée» (L’Harmattan 2007), -« Le triomphe de l’imposture, Enquête sur l’énergie au Sénégal» (Paris Edilivres 2009)

Laisser un commentaire