Urgent: Le rappeur MHD est envoyé en prison pour le meurtre en réunion de Loïk

Texte alternatif de la bannière

La rencontre de l’artiste Mouhamed Sylla et le juge d’instruction ne s’est pas bien terminée. Malgré ses dénégation d’avoir participé à la bagarre rangée qui a conduit à mort d’homme, MHD a été écroué et placé en détention.

On l’a craint jusqu’au bout. Inéluctablement, la terrible décision est venue doucher l’espoir de tous ses supporters: Mouhamed Sylla et ses compagnons ont été écroués par le juge d’instruction pour le meurtre de Loïk, un jeune de 23 ans, mort après avoir été victime d’un règlement de comptes entre bandes organisées dans le 10 ème arrondissement de Paris. Ce soir, ils passeront leur première nuit de détenus à Fleury Mérogis. Sortie abattue de son face à face avec le magistrat instructeur, Me Elise Arfi a annoncé -via un communiqué parvenu à Kewoulo- que « l’artiste conteste toute implication dans cette rixe, sa présence sur le lieu des faits n’étant pas avérée« .

Alors qu’elle ne pouvait rien tenter contre l’ordonnance du juge d’instruction, l’avocat a fait savoir qu’elle fera appel de cette décision de placement en détention provisoire. Elle espère par cette procédure, d’urgence, obtenir la remise en liberté de Mouhamed Sylla afin qu’il puisse participer à la tournée européenne que la team de MHD avait engagé après la sortie de son dernier album le 19. Attendue la semaine prochaine au Luxembourg et à Amsterdam, l’équipe de MHD a du sursoir à ces rendez-vous. « Nous avons décidé de reporter ces concerts à cause de la situation judiciaire de l’artiste MHD », a fait connaitre son entourage.

A en croire des sources judiciaires, « Mouhamed Sylla a nié avoir participé à la baston. Et a contesté avoir été présent » lors de cette fameuse bagarre qui s’est déroulée dans la nuit du 5 au 6 juillet 2018 à Paris. Peu préoccupé par les dénégations de l’artiste, le magistrat instructeur a retenu les chefs « d’homicide volontaire », à l’encontre des quatre compagnons d’infortune conduits, cette nuit en prison, malgré leur statut de primo délinquants. Et en faisant fi des nombreuses garanties de représentativité offertes par Mouhamed Sylla.

Laisser un commentaire