Urgent: “J’ai compté 16 personnes décédées en détention en 23 mois de présence chez Serigne Modou Kara”, la terrible confidence d’un rescapé

C’est un témoignage glaçant que l’un des rescapés des “camps de rééducation” de Serigne Modou Kara Mbacké a livré aux gendarmes de la Section de recherches de Colobane venus les libérer. Et, à l’endroit de l’opinion horrifié de savoir qu’un homme de Dieu puisse tenir un camp de concentration au cœur de Dakar, la capitale du Sénégal, Amadou Touré a déclaré que, en 23 mois de présence, plusieurs personnes sont décédées, devant lui, dans l’un des camps à cause de la maltraitance, la négligence et la torture qu’ils y ont subi.

Dans une vidéo devenue virale sur la toile, un homme se présentant au nom de Amadou Touré a déclaré avoir vu sortir 16 cadavres des “camps de rééducation” du guide religieux, Serigne Modou Kara. Et ne peux par contre donner plus amples informations sur la destination de ces corps. Pour rappel, ce guide religieux à l’accoutrement digne des despotes africains, de la trempe d’Amin Dada, aime se faire appeler “le général de Bamba.” Alors que le monde croyait à de simples fanfaronnades d’un gourou qui se montrait toujours entouré par de jeunes gens appelés des “soldats de la paix” et à qui il distribuaient des galons fantaisistes, les Sénégalais ont découvert, avec effroi, les images de personnes détenues dans des camps. Et visiblement maltraités comme le témoignent les stigmates sur leurs corps.

Et c’est l’un de ces hommes, interné par sa mère, dans ces locaux de privation et de torture, pour le punir de son addiction au chanvre indien, qui a brisé le silence. Dans cette vidéo parvenue à Kewoulo, Amadou Touré dit n’avoir “jamais autant consommé de l’herbe que dans ce camp de rééducation où le paquet de chanvre indien, qui était vendu en ville à 500 F CFA, est cédé à 2000 F CFA par le fils du colonel qui tient les lieux.”

Aussi, Amadou Touré a déclaré que “certains de (ses) compagnons d’infortune sont décédés devant (lui), parfois dans (ses) bras.” Et ce n’est que plus tard que leurs corps sont récupérés par leurs geôliers et emportés vers des morgues. “Ensuite, je ne sais pas ce que ces corps deviennent. Mais, une chose est sure, j’ai noté les noms de toutes ces personnes décédées parce que j’étais convaincu qu’un jour viendra où notre sort intéressera l’opinion.” A déclaré le témoin visiblement ravi d’être sauvé par les gendarmes qui ont fait une descente dans leurs lieux de détentions. Pour rappel, ce sont 370 personnes qui ont été libérés de ces camps de concentration. Quarante trois de leurs geôliers ont été arrêtés par la Section de recherches de la gendarmerie et l’opinion se demande quand est-ce que Serigne Modou Kara sera entendu par les enquêteurs.

Laisser un commentaire