Un peu raciste

Plus de 150 000 auront ainsi été enrôlés de force à travers quelque 130 pensionnats dispersés partout au Canada, dont au Québec.

Au micro de Nic Payne, sur les ondes de RVM comme à chaque samedi midi, discussion-débat avec Frédéric Lapointe, contradicteur élégant, posé et nuancé – tout mon contraire, donc – cette fois sur l’enquête du coroner quant au décès de Joyce Echaquan.

Résumant son propos, Lapointe, fidèle à ses habitudes de modération, lance un truc du genre : « […] des employés qui auraient eu un comportement un peu raciste ». Avant même que Payne me repasse la parole, explosion. D’abord, dans ma tête, ensuite dans le micro. Crise quasi-ingérable. Parce que si je connais maintenant suffisamment bien Frédéric pour jurer que son euphémisme se voulait davantage réflexe que verdict, reste que ce même réflexe demeure symptomatique d’une culture médiatique ayant peur des mots. Des vrais.

Parce que non, l’affaire Echaquan n’est pas un peu raciste. Elle l’est à temps plein. Sous toutes ses coutures. Du début à la fin. Résultante d’une évidence, soit le racisme systémique. Celui détaillé, expliqué et rapporté par la Commission Viens sur les enjeux autochtones. Particulièrement sur la question des soins de santé dont la situation, délétère depuis (trop) longtemps, à l’hôpital de Joliette. Celui dont l’affaire Echaquan et ses violences  (« c’est juste bon pour fourrer et venir se plaindre icitte »; « qu’est-ce que t’as pris, encore, hein? »; « enfin on va avoir la paix, elle est morte ») ne sont qu’une nouvelle illustration, cette fois piégée par caméra-vidéo ou rapportée par des témoins.

En d’autres termes, aucune excuse possible, sauf évidemment celle, ô combien méprisable, de l’aveuglement volontaire. Le même qui a récemment amené le gouvernement Legault à faire battre en chambre une motion visant à simplement faire reconnaître, attachez votre stupéfaction, que les Autochtones avaient droit aux mêmes soins de santé que les autres Québécois. Merci aux chroniqueurs de Québécor et à leur fer rouge inséré à même le derrière caquiste, la motion fut ainsi battue.

-Notre gouvernement vote contre la présente motion, Monsieur le président.

-Attendez un peu, là…Vous votez contre une résolution qui vise à reconnaître aux Autochtones un droit à des soins de santé, genre sans se faire tuer pour cause de racisme?

-C’est exact, monsieur le président.

-Et je peux vous demander pourquoi?

-Parce que si on votait en faveur, ce serait reconnaître le racisme systémique, monsieur le président.

-Et ça vous en coûterait quoi, de faire de même, vu l’abondance de preuves afférentes?

-Une partie de notre électorat, celui qui se fait baratiner que seul le racisme anti-blanc existe et que le racisme systémique est une importation américaine, ne nous le pardonnerait pas, monsieur le président.

-Voilà qui est embêtant. Vous savez toutefois que les Amis de Joyce s’adresseront dès lors à l’ONU pour obtenir un blâme en votre défaveur, n’est-ce pas?

-Oui, quand ce sera chose faite, nos chroniqueurs écriront que l’ONU a zéro crédibilité en matière de droits de l’Homme, Arabie Saoudite, Chine et blabla. Bref, on s’en tape.

-….

Au même moment ou presque, les corps de 215 enfants autochtones, dont certains âgés d’à peine trois ans, ont été découverts sur le site d’un ancien pensionnat près de Kamloops, en Colombie-Britannique. Géré par l’Église catholique, ce type d’établissements « accueillaient » des enfants retirés de leurs familles et communautés, et ce, dans l’objectif avoué de les assimiler à la culture dominante. Plus de 150 000 auront ainsi été enrôlés de force à travers quelque 130 pensionnats dispersés partout au Canada, dont au Québec. Des experts s’attendent d’ailleurs à retrouver, ici également, les dépouilles des victimes de ce génocide culturel.

Question : si c’était le corps de petits pure-laine, québécois ou autres, qui avaient été ainsi débusqués, l’espace médiatique serait-il alors éclipsé par l’importance du 7ème match CH-Leafs?

Parce que résident, là également, les affres du racisme et leurs violences : par l’euphémisme et autres silences.

 

Cette chronique de Frédéric Bédard, docteur en droit et politologue, est apparue dans l`édition du 2 juin 2021 du journal MÉTRO à Montréal au Québec au Canada.

 

ViaMétro du mercredi 02 juin 2021
SourceMétro
PARTAGER
Article précédentKaffrine : Un mari tue froidement son épouse et tente de tromper la vigilance des…
Article suivantÉvasion de Boy Djinné : ça chauffe chez les gardes
Le Pr Babacar Kanté, ancien juge au Conseil constitutionnel, a soutenu que l’indépendance d’un juge est fondée sur sa morale, son éthique, ses vertus et ses qualités personnelles, ajoutant qu’aucune loi ne peut garantir l’indépendance d’un juge quand il ne veut pas l’être, lors d’un atelier. KEWOULO.INFO . « Les racistes sont des gens qui se trompent de colère. », LÉOPOLD SÉDAR SENGHOR . “Ce qui m'effraie, ce n'est pas l'oppression des méchants ; c'est l'indifférence des bons.”, MARTIN LUTHER KING . https://kewoulo.info/quebec-noirs-autochtones-arabes-davantage-cibles-spvm/ Intégrité (LAROUSSE.FR) DÉFINITIONS État de quelque chose qui a toutes ses parties, qui n’a subi aucune diminution, aucun retranchement : L’intégrité du territoire, d’une œuvre. État de quelque chose qui a conservé sans altération ses qualités, son état originels : Conserver l’intégrité de ses facultés intellectuelles malgré l’âge. Qualité de quelqu’un, de son comportement, d’une institution qui est intègre, honnête : L’intégrité d’un juge. https://ricochet.media/fr/3517/affaire-mamadi-iii-fara-camara-une-enquete-tenant-compte-des-problemes-systemiques-simpose SOYEZ VIGILENT DANS CES "TRÈS TRÈS TRÈS TRÈS GRANDS ÉTATS DE DROIT" OÙ REIGNE UN RACISME SYSTÉMIQUE ÉXUBÉRANT ANTI-MINORITÉS RACISÉES DANS LE SYSTÉME DE JUSTICE, UN SYSTÉME DE JUSTICE QUI NE MANQUE PAS DE GÊNE DE FAIRE DE LA VICTIME RACISÉE LE BOURREAU ET LES BOURREAUX DES PACHAS. https://ricochet.media/fr/3517/affaire-mamadi-iii-fara-camara-une-enquete-tenant-compte-des-problemes-systemiques-simpose Cette vision agit comme « […] un filtre inconscient de la preuve qui permettra de « monter un dossier » contre un suspect, tout en écartant, négligeant ou en supprimant des éléments de preuve tendant à innocenter ce même suspect ». Elle touche tous les intervenants judiciaires, dont les policiers et les procureurs de la Couronne, en leur permettant de fonder leurs décisions sur des raccourcis mentaux. Le « préjugé de confirmation » fait partie des mécanismes qui sous-tendent cette vision en renforçant une perception tronquée de la réalité. Sans compter que les préjugés, conscients ou non, s’infiltrent dans l’interprétation des faits et de la preuve. C’est ainsi que le racisme implicite et systémique entre en jeu, mettant en péril la notion de présomption d'innocence, principe fondamental en vertu de la primauté du droit. Panique morale et pressions institutionnelles renforçant la vision tunnel Alors que la victime du crime est un policier, lorsque les enquêtes policières visent des personnes noires, racisées, marginalisées ou autochtones, cela peut mener à une certaine panique morale qui met en péril toute réflexion rationnelle. Lorsqu’un incident se produit, ces personnes se voient attribuer arbitrairement la responsabilité des torts. Ces personnes étant socialement marginalisées et stigmatisées, la société et les institutions se mobilisent facilement contre elles. À plus forte raison, lorsque les policiers sont soumis aux pressions médiatiques ou institutionnelles portées par les demandes du public, qui requièrent l’identification rapide d’un suspect. Cela a pour effet de renforcer la vision tunnel. On est à même de constater l’importance des garanties procédurales et institutionnelles lors de l'enquête et du dépôt des accusations. Rappelons que le procureur de la Couronne exerce un rôle quasi judiciaire, qui lui impose de rechercher la vérité et non d’obtenir une condamnation. L'utilisation pondérée du pouvoir discrétionnaire est donc au cœur du système de justice pénale. Or, les procureurs ne sont à l’abri ni de la panique morale, ni des pressions institutionnelles, ni de la vision tunnel. L’histoire judiciaire nous apprend que cette vision a eu des effets dévastateurs dans plusieurs cas ayant mené à des commissions d’enquête dans les dossiers de condamnations injustifiées de Donald Marshall Jr l, Guy-Paul Morin, David Milgaard, Thomas Sophonow et James Driskell, personnes racisées (Autochtones). Dans ces dossiers, tous les procureurs de la Couronne étaient pourtant des avocats expérimentés. Fait d’autant plus inquiétant, la Cour suprême du Canada a reconnu à maintes reprises la présence du racisme à l’endroit des personnes noires et Autochtones au sein de la société et du système de justice pénale. L’expérience des procureurs de la Couronne et le fait qu’ils occupent une haute position hiérarchique ne permettent pas d’inférer qu’ils comprennent le racisme systémique et ne les préservent pas des œillères de la vision tunnel. En 1989, la Commission royale d’enquête dans le dossier Donald Marshall Jr., un Autochtone condamné à tort pour un meurtre, avait conclu que l'enquête policière semblait avoir pour but de rechercher uniquement des éléments de preuve inculpatoire sur le meurtre et d'écarter l’ensemble des autres preuves disculpatoires. Les trois commissaires avaient conclu qu'une des raisons pour lesquelles Donald Marshall Jr. avait été reconnu coupable et avait passé onze ans en prison pour un crime qu'il n'a pas commis, c’est parce qu’il était un « Indien ». ricochet.media . https://kewoulo.info/quebec-liberte-academique-droit-a-linjustice-racisme-a-violence-systemique/ SOYEZ VIGILENT DANS CES "TRÈS TRÈS TRÈS TRÈS GRANDS ÉTATS DE DROIT" OÙ LE SYSTÉME DE JUSTICE A MENTI, A TRICHÉ, MENT ET TRICHE POUR NUIRE À UN NOIR ET UN ÉTRANGER (expérience). https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1802520/genou-spvm-police-montreal-george-floyd-enquete Soyez vigilent dans ces pays où la police est RACISTE, RACIALISTE ET MALICIEUSE vis-à-vis des autochtones, des noirs, des arabes, etc. https://www.youtube.com/watch?v=6-hl_HKLUMQ Fabrique de preuve, MAQUILLAGE DE CRIMES, Montages, Manipulation, Combines, Mensonge, Tricherie, Utilisation et MOBILISATION des services de l`état dans de la criminalité, REFUS D`ALLER À UN PROCÈS OUVERT AU PUBLIC DÈS LORS QUE LE DOSSIER EST GÉNANT POUR LA JUSTICE "TRÈS TRÈS TRÈS INTÉGRE, TRÈS TRÈS TRÈS INDÉPENDANTE, TRÈS TRÈS TRÈS IMPARTIALE, TRÈS TRÈS TRÈS NEUTRE ET TRÈS TRÈS TRÈS ÉTHIQUE", etc.

1 COMMENTAIRE

  1. Les nouveaux racistes

    https://journalmetro.com/actualites/national/in-libro-veritas/2631703/les-nouveaux-racistes/

    Reste que sur le fond, je vais toujours me sentir davantage plus près de quelqu’un qui veut lutter contre le racisme que contre celui qui veut lui trouver des excuses».

    Facile: la droite identitaire s’amuse actuellement à un passe-temps intellectuel vieux comme tout, soit l’achèvement, brindille par brindille, de l’homme de paille. Celui qui, une fois parfaitement caricaturé, servira d’épouvantail.

    J’exagère? Pas sûr. Parce que quand t’es rendu à t’inventer un ami noir afin de valider ta négation de l’évidence, soit celle du racisme systémique, disons qu’on approche la stratopshère, côté bêtise. Ajoutons à ceci la montée en épingle de 3-4 anecdotes dites woke afin de s’en construire une thèse.

    https://journalmetro.com/actualites/national/in-libro-veritas/2644250/les-wokes-ont-vole-mon-7-up/

Laisser un commentaire