UE: des pays-membres se réunissent pour parler migration, un accord semble exclu

UE: des pays-membres se réunissent

Un mini-sommet européen sur l’asile et les migrations a lieu ce dimanche 24 juin à Bruxelles, à l’initiative de la Commission européenne. Objectif : préparer le sommet des Vingt-Huit à la fin du mois. Et le moins que l’on puisse dire est que l’UE est divisée sur la réforme du système d’asile. D’ailleurs seulement quinze pays se retrouvent ce dimanche à Bruxelles.

Les pays du groupe de Visegrad (Hongrie, République tchèque, Pologne et Slovaquie), tenants d’une ligne dure, ont déjà annoncé qu’ils ne feraient pas le voyage à Bruxelles ce dimanche 24 juin. De son côté, l’Italie a fait planer le doute avant de finalement confirmer sa venue.

Ce mini-sommet se déroule sur fond de tensions européennes, depuis l’odyssée du navire Aquarius et de ses 630 migrants. Celui-ci a finalement été accueilli par l’Espagne après les refus de l’Italie et de Malte et le silence de la France.

À Bruxelles, Paris veut – avec Berlin et Madrid – proposer d’« européaniser » la gestion des migrants : pour l’accueil, l’examen des dossiers, la reconduite dans les pays d’origine, notamment. Ces capitales demandent aussi un renforcement de l’agence Frontex, chargée des frontières extérieures de l’Union. Autrement dit, la France, l’Allemagne et l’Espagne refusent le contrôle unilatéral des frontières, prôné par les pays de Visegard.

Berlin a d’ores et déjà exclu un accord lors du sommet des Vingt-Huit

Ce samedi 23 juin, avec le Premier ministre espagnol qu’il recevait à l’Élysée, le président français Emmanuel Macron a proposé la mise en place de « centres fermés » dans les pays européens où les migrants arrivent en premier. Il s’est également dit favorable à des sanctions financières envers les pays de l’Union qui refuseraient d’accueillir les migrants reconnus comme réfugiés, c’est-à-dire pouvant justifier d’une persécution.

Autant de propositions qui seront sur la table ce dimanche 24 juin lors du sommet de Bruxelles, auquel ne participeront donc pas les pays de Visegrad. Cela rend très peu probable un accord européen lors du sommet les 28 et 29 juin, un accord que la chancelière allemande Angela Merkel a d’ores et déjà exclu.

Laisser un commentaire