Trois Nigérians qui appâtaient leurs victimes avec de faux comptes pour leur soutirer de l’argent écopent de 3 mois ferme de prison

Les nommés Billz Hillary, Innocent Omenga et Ezna Kelvin Ezinebu ont comparu hier à l’audience des flagrants délits du Tribunal de Grande instance (Tgi) de Dakar. Les trois ressortissants nigérians répondaient des faits d’association de malfaiteurs, usurpation d’identité numérique et tentative d’obtention frauduleuse par le biais d’un système informatique. Le tribunal a relaxé Ezena Ezinebu et a condamné ses deux autres compatriotes à six mois de prison assortis de sursis.

 Les faits pour lesquels les trois ressortissants nigérians ont comparu hier à l’audience des flagrants délits du Tgi de Dakar remontent au 28 août dernier à Keur Massar. Ce jour-là, les éléments de la police de la cybercriminalité avaient appréhendé les nommés Billz Hillary, Innocent Omenga et Ezna Kelvin EzineBu. Ce suite à une dénonciation anonyme. Lors de la perquisition de leur domicile, les enquêteurs ont saisi sur les lieux indiqués des ordinateurs et des téléphones portables.

Exploitant le matériel saisi, la police scientifique a relevé des logiciels malveillants, de faux comptes Gmail, Facebook et Whatsapp. Interrogés, les mis en cause Billz Hillary et Innocent Omenga avaient reconnu à l’enquête préliminaire s’adonner à la pêche en ligne pour arnaquer et soutirer de l’argent à leurs victimes. Leur co-prévenu Ezena Ezinebu avait nié les faits qui lui sont reprochés. Malgré les aveux circonstanciés et les preuves de faux comptes trouvés avec des images de femmes asiatiques qu’ils associaient à leurs comptes Facebook pour appâter leurs victimes, les prévenus ont nié les faits à la barre du tribunal.

Pourtant, estime le substitut du procureur, les faits sont avérés. Pour arnaquer des innocents, les prévenus disaient souffrir du cancer pour soutirer de l’argent à leurs victimes. Sollicitant la relaxe de Ezna Kelvin EzineBu, le maître des poursuites à requis une peine de six mois de prison assortie du sursis à l’encontre des deux autres prévenus. Le conseil de la défense, Me Iba Mar Diop, a sollicité une application bienveillante de la loi pénale en faveur des prévenus à défaut de pouvoir obtenir leur relaxe. Le tribunal a suivi le réquisitoire du parquet. Relaxant Ezna Kelvin EzineBu des faits qui lui étaient reprochés, il a condamné Billz Hillary et Innocent Omenga à six avec sursis pour les chefs d’association de malfaiteurs, usurpation d’identité numérique et tentative d’obtention frauduleuse par le biais d’un système informatique.

Le Témoin

Laisser un commentaire