Le travail des enfants progresse pour la première fois en Afrique depuis 20 ans

Sponsored girl Rosemary, 10, (wearing white chef's outfit), plays at sunset with other children near her home in Moyo ADP. Ten-year-old Rosemary’s family had a bumper crop of corn. Her grandparents Patricia and Danford continue to improve their crop yields thanks to having goats they can sell to buy improved seeds, pay people to help them in the field, and having access to the farm tools they need to expand their fields. They have moved from a family who never could have considered helping anyone else because of their profound struggles to a family who generously helps others in the community. One of the ways they’ve helped is by participating in World Vision’s Pass On goat project. When a family gets selected to get goats, they agree that in the future they will donate the same number of goats they originally received. World Vision relies on community volunteers to ensure that Pass On runs smoothly. A committee of ten selects the most at-risk families and oversees the collection and distribution of goats. Danford says, “I’m happy that my family is now living well, that we are healthy. It is exciting. But most importantly, that excitement should not just end up at my household. That excitement—I have now a responsibility that I pass it on to someone else.” Danford continues, “The way we struggled is the way others also struggle. So once we pass on the goats, we know it will ease the lives of the next family just like it has happened to us.” Rosemary’s family passed on goats in 2015.

Pour la première fois depuis 20 ans le travail des enfants progresse dans le monde et en Afrique. C’est ce qu’indique un rapport de l’OIT, l’Organisation internationale du travail et de l’Unicef. Début 2020, 160 millions d’enfants étaient obligés de travailler. 92 millions en Afrique. La situation sur le continent est d’autant plus à surveiller que la crise économique post-Covid devrait encore faire progresser ce chiffre.

En Afrique près d’un enfant sur cinq travaille, contre un enfant sur dix en moyenne dans le reste du monde. Au total 92 millions d’enfants africains âgés entre 5 et 17 ans ont une activité et ne peuvent donc pas aller à l’école. On est loin des chiffres du début des années 2000 et d’énormes progrès ont été réalisés, notamment en Afrique. Mais la tendance repart à la hausse. À la fois à cause de la croissance démographique et de la crise économique post-Covid. L’Unicef et l’OIT anticipent pour cette année et pour 2022 plusieurs millions d’enfants africains supplémentaires au travail.

Les secteurs les plus concernés sont en premier lieu l’agriculture. 70% des enfants qui travaillent, le font dans les champs, et 80% d’entre eux travaillent avec leurs parents au sein de l’exploitation familiale. Viennent ensuite les secteurs des mines, des carrières et enfin de l’industrie. La pénibilité et surtout la dangerosité augmente. 41 millions d’enfants en Afrique font un travail dangereux, estime l’OIT.

Les politiques pour freiner le travail des enfants mises en place par certains pays africains fonctionnent, mais en partie seulement. À titre d’exemple, la Côte d’Ivoire en est à son troisième plan national de lutte contre le travail des enfants. Si en quinze ans le nombre de mineurs dans les plantations est passé d’environ 1,3 million à seulement 800 000, le chemin est encore long avant d’éradiquer le fléau.

En RDC, on estime que 40 000 enfants travaillent dans les mines de l’est du pays. On entend beaucoup de responsables politiques dénoncer le phénomène. On voit l’Unicef ou même la Banque africaine de développement financer des programmes. Cela donne des résultats, mais ils risquent aujourd’hui d’être remis en cause par l’augmentation de la pauvreté qui pousse les familles à faire travailler les plus jeunes.

Source rfi

Laisser un commentaire