Tivaoune Peulh : un homme abuse d’un enfant de 3 ans

    Tivaoune-Peulh : un homme abuse d'un enfant de 3 ans

    Tivaoune-Peulh : un homme abuse d'un enfant de 3 ans
    Tivaoune-Peulh : un homme abuse d'un enfant de 3 ans

    La mandicité au Sénégal est un phénomène qui continue de faire polémique dans la classe sociale. Les enfants sont les principales victimes de ce fléau auquel les autorités peines à trouver une solution définitive accompagnée de suivie. Pour preuve, un homme a comparu devant le tribunal des flagrants délits de Dakar. L’homme en question faisait de la mandicité et prenait toujours un enfant âgé de 3 ans qui l’accompagnait. Allons à la découverte de cette histoire.

    L’histoire s’est déroulée dans la communauté rurale de Tivaoune Peulh, une localité située à une trentaine de kilomètres de la capitale sénégalaise. Devant la barre, l’homme répondant du nom de M. Kandji comparaissait pour abus sur un mineur âgé de 3 ans.

    Les faits….

    « Toujours, je suis accompagné du petit A. S. Sall qui est un neveu pour moi pour aller mandier. On quittait Tivaoune Peulh pour venir ici à la Médina. Quand les gens nous voient avec un visage triste, nous donnaient quelque chose. Par jour, on peut récolter plus de 5000F. Et le soir après la prière du crépuscule, on cherchait à rentrer. Il arrive dès fois qu’on arrive vers 22h. Une fois à la maison, le donnait 2000F à sa « grand-mère » du nom O. Ndiaye« , affirme M. Kandji.

    Reconnaissant les faits, la « grand-mère » qui est la protectrice du petit, affirme qu’elle recevait de l’argent tous les jours d’une somme de 2000F. La dame en question est âgée de 45 ans et mère de 3 enfants dont le plus jeune est âgé d’environs dix ans. Quant au petit, ses parents ont divorcé et du coup la « grand-mère » s’est vue confier le jeune garçon.

    Dans son réquisitoire, le procureur, se basant sur les faits et sur les textes, a requis 2 ans d’emprisonnement dont 1 mois ferme pour les accusés en l’occurrence M. Kandji et O. Ndiaye.

    Par ailleurs, la défense demande la relaxe pure et simple de es clients. Pour elle, les clients étaient inconscients des conséquences de leurs actes. En outre, elle a soulevé un autre aspect important : ses clients ne recevaient pas cet argent de façon illégale (vol, escroquerie, fraude, etc.). Cette dernière est allée même jusqu’à comparaitre le salaire d’un fonctionnaire à la somme que récolte le sieur Kandji par mois.

    Le tribunal pour sa part, a renvoyé l’affaire jusqu’au mardi 17 avril pour délibérer.

     

    Laisser un commentaire