Thiès: les jeunes de Diapong et Thionah s’opposent aux morcellements de leur terrain de football

Une tentative d’accaparement foncier a mis hors de leurs gonds les jeunes des quartiers Diapong et Thionah, dans la commune de Thiès-Nord. Ce week-end, ces sportifs qui étaient sur lesdits lieux pour une séance d’entrainement se sont opposés catégoriquement au morcellement de leur terrain de football, qui se trouve être leur seul espace de loisir.

Ces jeunes, qui se disent déterminés à poursuivre le combat jusqu’au bout, ont déterré les bornes plantées sur ce terrain de foot, pour, disent-ils, montrer « notre ferme volonté de conserver cet espace ». Selon Mamadou Moustapha Mbow, le porte-parole des jeunes contestataires, « cet espace de loisirs nous a été attribué par qui de droit, et nous trouvons injuste de nous l’enlever ». Lui et ses camarades disent donc attendre de pied ferme qui conque tenterait de leur prendre leur terrain de football. « Les spéculateurs peuvent faire l-des morcellements irréguliers, mais personne ne pourra jamais construire ici », préviennent ces jeunes qui se sont constitués en bouclier pour préserver leur espace de football.

Les Thiessois se rappellent « la dénonciation du ‘’bradage foncier’’ qui avait été au cœur des sermons (Khotba) des imams de la cité du Rail lors de la dernière fête de Tabaski. L’imam ratib de la grande mosquée Moussanté, Tafsir Babacar Ndiour, l’imam Idrissa Gaye de la mosquée des Parcelles assainies Unités 2, entre autres guides religieux, s’étaient tous insurgés contre le « bradage foncier » au préjudice de paisibles citoyens qui éprouvent toutes les peines du monde à avoir un toit ».

À en croire ces religieux, « la spéculation foncière est telle qu’on a l’impression qu’il y a une volonté de se partager les 197.000 km2 qui constituent la superficie du Sénégal ». « A l’instar des autres régions du pays, Thiès n’est pas épargnée par la boulimie et la prédation foncières », avait surenchéri le Collectif citoyen contre la spoliation foncière à Thiès, qui regroupe des organisations politiques et citoyennes comme «And Sopi Thiès», « Ensemble », FDS, Pastef, PUR, République des Valeurs, une partie des proches du président du parti Rewmi, Takhawu Sénégal, « Y en a marre » et des collectifs de quartiers.

L’ex-juge et leader du Mouvement « Ensemble », Ibrahima Hamidou Dème, et ses camarades, qui accusent la Ville de Thiès et ses trois communes de « bradage et d’une spoliation foncières sans précédent », soutiennent que « depuis 2000, une pression foncière sur le domaine national et même sur le domaine public a gravement porté atteinte à nos terres et nos forêts ». Surtout ils se désolent du fait que « malgré les promesses faites en 2012 de rétablir la bonne gouvernance foncière, cette situation a empiré ».

Après donc les militants des partis politiques, des associations et des mouvements de la société civile, c’était donc au tour des imams de dénoncer la spéculation foncière dans la capitale du Rail. Avant que les jeunes des quartiers de Diapon et Thionah, dans la commune de Thiès Nord, ne soient à leur tour victimes de la boulimie des spéculateurs fonciers…

Laisser un commentaire