Spécial Vaudou: Le maraboutisme dévoyé au Sénégal malgré les tendances

Spécial Vaudou: Le maraboutisme dévoyé

Corniche ouest de Dakar, février dernier. Maodo Malick Pouye, un garçon de 6 ans, a été retrouvé égorgé, le corps lacéré, le visage défiguré. Les premiers éléments de l’enquête privilégient la thèse du sacrifice humain.

La famille de la victime également. « Le corps de Maodo était méconnaissable avec un gros trou dans le dos, des traces de couteau visibles sur son visage », précise Ndèye Michel, la tante du défunt, la voix étouffée par les sanglots. La méthode est connue des initiés. D’après Oulèye Diaw, une « voyante », « les organes humains, surtout ceux des enfants, sont utilisés dans des rituels de sorcellerie ».

Pour la famille du jeune Maodo, ce n’est pas un hasard si la tragédie s’est produite dix-huit jours avant le premier tour de l’élection présidentielle du 26 février 2012. Autre découverte macabre en mars 2012, à seulement deux semaines du second tour : un corps amputé de ses membres inférieurs et de sa main gauche laissé à l’abandon sur une plage de Guédiawaye, en banlieue de Dakar.

La recherche discrète d’organes humains pour des rituels mystiques se poursuit jusque dans les hôpitaux. «On nous demande souvent des prépuces d’enfants circoncis, du placenta, des têtes de bébés mort-nés moyennant une forte somme d’argent», confie un infirmier qui officie dans un grand hôpital de Dakar.

Le fétichisme et la sorcellerie sont à différencier du « maraboutage », très répandu au Sénégal. « On ne réclame pas d’organes humains », précise le président des jeunes marabouts du Sénégal, Sérigne Modou Bousso Dieng. « Les pratiques occultes sont interdites par l’islam et, contrairement à la sorcellerie, le maraboutage se fait sur la base du Coran », ajoute-t-il.

Laisser un commentaire