Société: Un commissaire de police impliqué dans une fusillade à Dakar

Société: Un commissaire de police

Après les affaires du commissaire Bara Sankharé des Parcelles Assainies de Dakar, Makha Diop, El Capo, de Thiès, c’est le commissaire de Police Diédhiou de Pikine Guinaw Rail qui est sous les projecteurs de la presse. Il est soupçonné avoir ouvert le feu sur un présumé agresseur qui s’en serait pris à son véhicule de fonction garé.

A en croire nos confrères du quotidien l’Enquête, c’est pour faire cesser des dégradations commises sur son véhicule de fonction, garé à Tivaoune Peul où il réside, que le commissaire Diédhiou serait sorti de son domicile pour interpeller un individu agité. Ce dernier, muni dune machette, s’en serait finalement pris physiquement au commissaire de police qui serait venu à sa rencontre et qui aurait fait usage de son arme pour faire des tirs de sommations.

Face à la furie de l’homme, le commissaire a fini par viser l’agresseur décidé à en découdre; l’atteignant au pied et au dos. Selon les informations fuitées par la police, le commissaire Diédhiou avait essayé de sauver sa peau, en essayant d’aller se réfugier à la brigade de gendarmerie du coin. Mais, l’individu décidé à en découdre aurait atteint le commissaire par un coup de machette sur la tête. Selon les premières informations obtenues par Kewoulo, la blessure serait profonde de 10 cm. Cette blessure aurait occasionné l’hospitalisation du policier à l’hôpital principal de Dakar tandis que son présumé agresseur est actuellement en soins intensifs à l’hôpital Aristide le Dantec, en attendant son placement en position de garde à vue.

Si, pour le moment, le policier semble bénéficier du soutien de sa hiérarchie, le fait que l’agresseur ait été atteint par balle dans le dos fragilise grandement la thèse de la légitime défense que pourrait invoquer le commissaire de police. En la matière, la légitime défense n’est accordée à une personne que lorsque son action est destinée à faire cesser une action imminente.

Or, lorsque l’on atteint une personne dans le dos, cela veut dire que l’agression a cessé. Et que l’agresseur cherchait à s’enfuir. Donc, il n’y a plus de danger. En tant que professionnel du maintien de l’ordre, le commissaire aurait pu laisser son « agresseur » partir et actionner la justice pour le retrouver. C’est pour faire la lumière sur ce point que la police a annoncé Louverture d’une enquête confiée a la police des polices.

PARTAGER
Article précédentChampions League: Kalidou Koulibaly promet l’enfer a Sadio Mané et Liverpool
Article suivantRevue de presse Wolof Zik fm du Lundi 16 Septembre 2019 avec Ahmed Aidara
Babacar Touré
Journaliste d’investigation, Babacar Touré est le Directeur de Publication de www.kewoulo.info. Il a dirigé la publication de www.senenews.com et a été, tour à tour, directeur de publication de L’indépendant-hebdo, un journal d’investigation sénégalais. Diplômé en Sciences politiques à l’Université de Paris 8, Saint-Denis (France), ancien Reporter à la rédaction du Témoin puis à L’Obs, à Dakar, Correspondant à Paris de Sen-Tv et La Tribune, il a collaboré avec Le Courrier de Mantes -Les Yvelynes-, Le Républicain, -Essonne- en région parisienne. Livres Publiés: -«Cote d’Ivoire, violences d’une transition manquée» (L’Harmattan 2007), -« Le triomphe de l’imposture, Enquête sur l’énergie au Sénégal» (Paris Edilivres 2009)

LAISSER UN COMMENTAIRE