Société: Salif Sadio reprend la parole, met en garde le président gambien, Adama Barrow et campe sur sa position…

Après plusieurs mois de mutisme au fin fond de la brousse de la Casamance, Salif Sadio rompt le silence et renoue avec la parole. Le chef des combattants du mouvement des forces démocratiques de la Casamance (MFDC) a accordé une interview exclusive à nos confrères gambiens de Révolution TV. Un entretien fait en langue mandingue et transcrit en français. Dans cette interview, Salif Sadio a évoqué le cas du soldat gambien qui porte le nom Sadio et radié de l’armée. Le chef de guerre de Atika dément formellement être le père de Omar Sadio. Le chef de l’aile de nord a demandé au gouvernement gambien d’Adama Barrow de refuser de jouer au bouclier du gouvernement du Sénégal qui aurait des intentions de l’attaquer à partir de la Gambie.

Lors du référendum de 1958 du général de Gaulle, la Guinée et la Casamance ont voté non, mais dans les annales de l’histoire, il n’y a aucune mention de la Casamance. Il ne s’agit pas d’avoir notre terre, il s’agit d’une rupture car lors du référendum de 1958 du général de Gaulle, la Guinée et la Casamance ont voté non et ont exigé leur indépendance. Mais les annales de l’histoire montrent que seule la Guinée a voté non et a demandé l’indépendance immédiate, il n’y a aucune mention de la Casamance. La raison en est que les Européens ont souhaité conserver la Casamance. Ils font face au Sénégal et viennent ensuite par derrière pour sucer d’autres pays. Comme par exemple, s’ils veulent exploiter la Gambie, ils enverront leurs noirs africains francisés, ceux qu’ils ont préparés, leurs esclaves. C’est la réalité. 

  • Nous nourrissons la Gambie et le Sénégal

Permettez-moi de vous donner un exemple, si vous pouvez prendre soin de quatre greniers, ne serez-vous pas en mesure de vous en occuper? Le riz est là, en abondance. Nous nourrissons les deux pays. Nous nourrissons le Sénégal. Kaba – son nom scientifique est Saba senegalensis (rires) – si vous voyez quelqu’un manger de la kaba, de la mangue, du baobab ou même du poisson, c’est soit de la Gambie, soit de la Casamance. C’est pourquoi vous avez des pêcheurs sénégalais partout. Ils n’ont rien. Pourquoi pensez-vous que nous ne pourrions pas nous nourrir, est-ce parce que nous sommes dans la brousse? (Des rires). Nous sommes les combattants, mais c’est toute la Casamance qui a exigé que nous nous éloignions du Sénégal.

  • Sané Bakari dit qu’un vrai homme est celui qui défie de toutes ses forces et ruses ce qu’il abhorre

 Je peux dire que toute la Casamance est derrière le MFDC parce que les gens sont devenus exaspérés par notre relation avec le Sénégal. Si un roi envoie un esclave pour asservir d’autres personnes, ils subissent un sort pire que même l’esclave asservissant. Après la résurrection du MFDC en 1982, toute la Casamance s’est soulevée à cause du massacre perpétré par les forces sénégalaises. Ils ont fait rouler des chars blindés sur des gens vivants; ils ont ouvert le ventre de femmes enceintes; versé de l’essence sur les gens, avant de les brûler vifs;  mis des personnes vivantes dans des sacs mortuaires; jeté des combattants capturés à la mer lors de voyages entre Ziguinchor et Dakar et enterré des gens vivants. Oh Allah! Mais inversement, de tels actes de barbarie ont renforcé notre détermination. Pour citer les anciens rois, Sané Bakari dit qu’un vrai homme est celui qui défie de toutes ses forces et ruses ce qu’il abhorre.  

  • Le président Senghor avait admis que la Casamance est un pays à part

 Par Allah, la guerre n’est pas finie! Nous avons signé un accord. Les premières lettres de la Casamance ont été envoyées au premier, le président Senghor. Il connaissait la vérité. Il a admis que la Casamance est un pays à part, mais il était dans un dilemme parce que s’il rejetait les demandes de la Casamance, il y aurait la guerre et s’il leur accordait leur souhait, le Sénégal mourrait. Il a donc démissionné et remis la parole à Abdou Diouf.  Abdou Diouf a déclaré qu’il avait d’abord un fer à repasser qu’il utilisera pour maîtriser la Casamance (rires).

  • Le jour où les combats prendront fin, c’est le jour où le Sénégal quittera la terre de Casamance

Cela n’est pas terminé aujourd’hui et ne prendra pas fin demain. Nous irons jusqu’au bout. Le jour où les combats prendront fin, c’est le jour où le Sénégal quittera la terre de Casamance. Regardez mes barbes, je pense que j’ai plus de 60 ans, mais je ne me suis pas marié. J’ai juré que je ne me marierai pas tant que nous n’aurons pas racheté notre terre. Le gouvernement de la Gambie et le MFDC de Salif Sadio ne se sont jamais vus, rencontrés ou complimentés. Vous m’appelez rebelle, mais je suis un combattant de la liberté et pendant la période de ma lutte, le gouvernement de la Gambie n’est jamais venu ici pour faire ceci ou cela ou dire ceci ou cela 

  • – L’affaire Omar Sadio, le soldat considéré comme fils de Salif Sadio

Mes frères et sœurs ont des enfants, certains ont grandi, mais Salif Sadio n’a pas d’enfant! Je n’ai pas le temps de suivre des relations amoureuses. Cela ne me traverse pas l’esprit. Je n’ai pas d’enfant en Casamance ou ailleurs aux quatre coins du monde. Il vaut mieux se taire si l’on n’a rien à dire.

  • Les Sénégalais étaient tellement ravis qu’ils ont envoyé un avion comprenant huit ministres

 Même après avoir livré les prisonniers de guerre à Yahya Jammeh, il n’a jamais envoyé personne pour nous remercier, seule la Croix-Rouge venait nous encourager à traiter les prisonniers de guerre avec compassion. J’ai libéré huit prisonniers. Les Sénégalais étaient tellement ravis qu’ils ont envoyé un avion comprenant huit ministres – un ministre pour un prisonnier (rires) – pour remercier Yahya Jammeh. Donc, si vous parlez d’aider, Yahya Jammeh a aidé le Sénégal et non le MFDC. Mon conseil à la Gambie est de se méfier du Sénégal. Le Sénégal a toujours dit que c’est la Gambie qui attise les flammes de l’insurrection séparatiste en Casamance. Le grand plan du Sénégal est donc de supprimer la Casamance de la carte parce qu’ils estiment que c’est la seule façon dont ils peuvent maintenir la paix en Casamance. 

  • Nous avons signé un accord contre l’exploitation illégale des ressources de la Casamance

 Absolument, si nous sommes impliqués, cela se fera au grand jour. Ce sont nos grands-parents qui ont planté ou protégé ces arbres donc nous ne nous engageons pas dans leur exploitation aléatoirement. Nous avons signé un accord contre l’exploitation illégale des ressources de la Casamance, mais le Sénégal le fait toujours activement. Le MFDC n’a aucun rôle dans l’abattage et le commerce de ces grumes. Nous permettons aux gens d’abattre des arbres pour couvrir leurs mosquées, églises ou écoles et même dans ce cas, nous leur adjoignons des moniteurs. Nous ne permettons pas aux gens d’abattre les arbres même pour la construction de leurs maisons.

Avec Dakaractu

Laisser un commentaire