Société: En révolte contre son incarcération, Aminata Lô Dieng a entamé une grève de la faim

C’est ce matin que le tribunal correctionnel de Dakar va se prononcer sur l’affaire Aminata Lô Dieng. Attendue à la barre du tribunal des flagrants délits, l’ancienne ministre des Sénégalais de l’extérieur mais aussi ancienne ministre du tourisme fera face au maitre des poursuites.

Pour une première au Sénégal, les magistrats vont devoir juger une femme qui a été, à 5 reprises, nommée ministre de la République. Et, ironie de l’histoire, elle ne sera pas entendue pour des dossiers ayant de l’intérêt pour le public. Ni pour de grands dossiers politiques. Mais, pour une banale histoire de voie de fait, d’outrage à agents, de faux et et usage de ce faux et enfin de violation du couvre-feu. De simples infractions qu’une amende pécuniaire aurait pu régler.

Dans le box des accusés, Aminata Lô Dieng sera à coté de son frère. Si ce dernier est poursuivi pour les mêmes chefs d’inculpation, il va devoir, aussi, s’expliquer sur la conduite sans permis. La grosse infraction qui aurait pu compliquer leur dossier, à savoir l’offense au chef de l’Etat; visée par les articles 80 et consorts, a été abandonnée. Pour une fois, le chef de l’Etat a pris de la hauteur et a refusé de lier son nom à ce rocambolesque pétage de plomb qu’un banal contrôle de police, en cette période de couvre feu, a causé.

Et alors qu’elle venait de boucler ses premières 48 heures en détention à la maison d’arrêt des femmes du camp pénal, Me Ndèye Fatou Touré a fait savoir que “Aminata Lô Dieng a entamé une grève de la faim.” A en croire la robe noire, elle s’est insurgée contre le fait que le régisseur de la prison lui ait refusé l’entrée de la nourriture, préparée chez elle, au camp pénal. “En cette période de pandémie de covid-19, nous avons interdit l’entrée des repas fait à l’extérieur dans les lieux de détention.” Ont fait savoir des sources pénitentiaires. Et Aminata Lô Dieng, qui dit n’avoir pas confiance en l’administration de Macky Sall, a décidé de ne pas toucher à cette “ration” que l’administration donne à ses pensionnaires.

Laisser un commentaire