Société: Enampore, ici les femmes qui ont leur règle descendaient du lit conjugal pour ne pas « souiller » leurs maris

Société: Enampore, ici les femmes qui

S’il y a une zone, au Sénégal, où les interdits culturels sont encore très présents, c’est bien le Kassa, dans le royaume Mof Euvi, dans le département de Ziguinchor, au cœur de la basse Casamance. Ici, depuis très longtemps, les citoyens de ce royaume sans roi -depuis 1964- sont soumis à la dureté de lois ancestrales d’un fétiche royal très stricte dans l’application de mesures coercitives mises en place par des ancêtres disparus depuis belle lurette. Reportage.

Face à ce monde de plus en plus évolutif et soumis aux agressions des civilisations étrangères, les populations du royaume d’Enampore tentent, peu à peu, d’arracher des concession à leur fétiche protecteur et d’adapter la Constitution sous sa responsabilités aux réalités du monde actuel. Parmi ces révolutionnaires de ces traditions, il y a Jacques Manga, l’un des héritiers du trône. Ce dernier a été rencontré par les reporters de Kéwoulo, à Enampore, dans son royaume. Bien que catholique pratiquant, Jacques Manga est un des nombreux sujets du grand fétiche d’Enampore. Et à ce titre, il doit participer à l’exécution de tous les ordres donnés par cet être suprême -le fétiche- qui transmet son message aux habitants via Bakodia, le gardien du temple.

Fétiche des pluies, puisque la vie des populations est très dépendante de l’agriculture, l’Esprit de Enampore se veut le gardien de la Constitution. Et cette loi fondamentale a plus d’interdits que de droits accordés aux enfants du royaume. « Par exemple, ici les femmes qui ont leur règle ne partagent pas le lit conjugal. Quand elles avaient leur règle, elles descendaient du lit marital pour se coucher par terre. Mais, en 2004, nous avons immolé des taureaux pour que le fétiche accepte une révision constitutionnelle et accepte que les femmes, qui ont leur règle, puissent continuer à partager le lit de leur mari. » A déclaré Jacques Manga.

Si, depuis cette révision constitutionnelle, le fétiche royal a accepté de laisser les femmes en menstrue partager le lit conjugal et a fini par les laisser dépasser, en voiture ou à vélo, les lacs et cours d’eau du royaume, il reste intransigeant sur le fait que les hommes ne doivent pas coucher ou donner la main à une femme qui a ses règles. « Si on contrevient à ces lois, on s’expose à des sanctions qui se manifestent par des maladies incurables et autres malédictions« , a témoigné Jacques Manga. Lorsque l’on commet ses actes consciemment ou par inadvertance et qu’on le découvre, le citoyen coupable de ces entorses doit aller se confesser auprès du gardien du temple et s’acquitter d’une amende qui consiste à tuer un taureau pour le fétiche.

Aussi, alors que des crimes de sang et des agressions en tout genre sont entendus tous les jours dans le reste du Sénégal, le royaume Mof Euvi -la terre du roi- reste un havre de paix. « Ici, on n’agresse pas une personne. On ne verse pas le sang d’autrui. Celui qui commet ces actes s’expose et expose sa famille aux sanctions du fétiche. » A témoigné Jacques Manga. Pour réparer un crime, le criminel et sa famille doivent s’acquitter de, au moins, 10 bœufs. Et, puisque cela n’est pas donné à tout le monde, on hésite mille fois avant d’agresser une personne dans tout ce royaume qui va de Badiate à Bandial.

LAISSER UN COMMENTAIRE