Société: Un couple traîné au tribunal par un ex, qui réclame la paternité de leur enfant

Le couple Inna Diagne-Moctar Ndiaye est traîné en justice par Djibril Diop ex de Inna, qui réclame la paternité de «leur» fils actuellement âgé de 19 ans. Ce couple avait donné le nom de famille «Ndiaye» à l’enfant Ibrahima, alors qu’il était déclaré au centre d’état civil de l’hôpital Aristide Le Dantec sous le nom de Diop.

Des débats d’audience, il ressort que Inna Diagne et Djibril Diop étaient à l’époque des amants qui étaient sur le point de se marier. Mais, selon Inna, la mère de Djibril s’y est opposée catégoriquement. Elle a par la suite rencontré son actuel mari, Moctar Ndiaye de qui elle est tombée enceinte. Toujours amoureuse de Djiby, elle lui attribue la paternité de la grossesse dans l’espoir de se faire épouser. L’enfant né, Djibril lui donne son nom mais n’épouse pas Inna. Cette dernière renoue alors avec Moctar et l’épouse.

Le couple  déclare à nouveau l’enfant sous le nom de Ndiaye. L’enfant, troublé par ce nom de famille par lequel il est appelé à l’école, s’en est ouvert à son père, Djibril. Choqué, ce dernier a déposé une plainte au niveau de la Sûreté urbaine pour tirer cette affaire au clair. Puisqu’il a eu le 30 décembre 2001 un garçon avec Inna qu’il a déclaré 10 jours après sa naissance. Aussi, il a été étonné d’apprendre que l’enfant était appelé Matar Ndiaye à l’école alors qu’il l’avait baptisé Ibrahima Diop. Les enquêtes menées ont permis de confirmer point par point les déclarations de Djibril Diop. Le registre des actes de naissance prouve que l’enfant a bel et bien été déclaré au centre d’état civil de l’hôpital Aristide Le Dantec, et il portait le nom de Ibrahima. Contrairement à la mère dont les papiers présentés ne sont pas en règle.

Interrogé, Moctar Ndiaye a dit avoir obtenu un jugement à la suite d’une audience foraine à la mairie de Biscuiterie. Malheureusement pour lui, les investigations ont prouvé que ledit acte de naissance a été établi le 10 janvier 2001 ce qui coïncide avec un dimanche. Alors que les agents de la mairie ne travaillent que les jours ouvrables. Inculpés pour faux dans une écriture publique, le couple a comparu en liberté provisoire, hier, devant le juge des flagrants délits de Dakar. Agent municipal à Sicap Mermoz, la mère de l’enfant, Inna Diagne, a juré n’avoir pas établi de faux documents. «J’étais au courant quant Moctar Ndiaye déclarait mon fils en son nom, puisque je lui ai remis la copie de ma pièce d’identité. Par contre, je ne savais pas que Djibril Diop avait déclaré mon fils comme étant son père. Alors qu’il sait qu’il n’est pas le père de mon enfant. Et c’est pour cela qu’il n’a pas voulu venir comparaitre. C’est Djibril qui l’a baptisé. J’étais d’accord qu’il lui donne son nom de famille, mais il savait pertinemment qu’il n’était pas le père. Après mon accouchement, je ne l’ai pas dit à Moctar Ndiaye puisque je l’ai perdu de vue», s’est défendue cette prévenue qui a révélé sur procès-verbal avoir attribué la paternité de bébé à Djibril pour que celui-ci l’épouse.

Inna Assume, Moctar Ndiaye dégage en touche

Ce sont les mêmes contestations qu’a servies son époux, Moctar Ndiaye. Plaidant non coupable sur le faux, il a souligné avoir déclaré l’enfant au moment de ses 6 ans, à l’audience foraine de la mairie de Biscuiterie. Ce, dit-il, en présence d’un juge et de ses deux témoins. «Je n’ai pas baptisé l’enfant, mais je suis son père. Quand j’ai su que Djibril l’a baptisé et déclaré en son nom, j’ai boudé et je ne me suis plus rendu chez elle. Mais, 6 ans après les faits, Djibril a reconnu devant toute sa famille que j’étais le père biologique. C’est en 2002 que j’ai su que j’étais le père biologique de l’enfant. C’est au cours de cette année-là que sa mère Inna m’a raconté la vérité sur la paternité de l’enfant. En 2003, je me suis marié avec sa mère et je l’ai déclaré en 2006», a-t-il affirmé. Mais, la parquetière lui a rétorqué que la date de ladite déclaration qu’il a avancée est fausse. Parce que, dit-elle, cette déclaration est antérieure puisqu’elle a été faite en 2001.

Un test Adn pour départager » les pères » de l’enfant

le tribunal dépassé cette vive polémique autour de la paternité de cet enfant,  a demandé à la concernée d’aller faire un test ADN pour connaître la vérité sur la paternité de son fils. devant « le faux constant», la représentante du ministère public a requis 6 mois assortis du sursis contre Moctar Ndiaye pour le délit de faux. Aussi, elle a sollicité la même peine pour Inna Diagne après la requalification des faits de faux en écriture privée authentique reprochés à cette dernière en complicité. Avocat de la défense, Me Abou Abdoul Daff a sollicité du tribunal le renvoi des fins de la poursuite de ses clients sans peine, ni dépens. D’après la robe noire, les poursuites sont illégales. «Les simples déclarations des parties ne peuvent pas édifier sur la fausseté desdits documents». Délibéré le 7 décembre prochain.

Avec Les Echos

Laisser un commentaire