Société: Une affaire du viol présumé d’une gamine de 9 ans pollue l’atmosphère à Tambacounda

C’est une affaire extrêmement sensible que les policiers du commissariat central de Tambacounda tentent de gérer dans la plus grande discrétion. A en croire des confidences parvenues à Kewoulo, un homme de 65 ans est au coeur d’un scandale sexuel dont la victime ne serait autre que la petite-fille de son épouse âgée tout juste de 9 ans. De sources locales à Tambacounda, il a été rapporté à Kewoulo qu’une dame qui se trouve être la tante de la gamine avait surpris son beau-père sur sa nièce. Après avoir gardé le secret pendant quelques jours, elle a décidé de tout déballer.

C’était le 24 décembre dernier que les faits se sont déroulés au quartier Gourel Diadié de Tambacounda.  Et ce jour là, la mère G. D comme la grand-mère de la petite étaient parties à un mariage. Trouvant l’occasion bonne, le mari de la grand-mère, B. D aurait entrainé la fillette dans sa chambre pour abuser d’elle. Manque de pot pour lui, la tante B. D qui passait par là a aperçu la scène. Mais, craignant de créer des tensions dans la famille, elle a préféré se taire pendant tout ce temps. Si la tante n’a pas évoqué l’affaire sur la place publique, elle s’en est ouvert à des ainés qui l’ont encouragé dans sa démarche de garder le secret. Tous lui ont dit de se taire sauf un. “Le gars est un coutumier des faits et nous ne pouvons pas taire ce viol de trop; parce que cet enfant ne mérite pas cela. Et, demain lorsqu’elle grandira et saura que des adultes étaient au courant de ce qui lui arrivé et n’avaient rien fait pour arrêter son calvaire, elle nous en voudra.” A fait savoir l’un des ainés de B. D. Décidé à ne pas laisser prospérer ces faits de pédophilie qui lui ont été rapportés.

C’est cet ainé qui a pris sur lui la responsabilité d’informer d’abord un gendarme pour requérir ses conseils, puis en a parlé à la famille paternelle de la fillette et a encouragé B. D d’aller dénoncer les faits auprès des autorités judiciaires. Et, le jeudi 13 janvier dernier, le commissariat de police de Tambacounda a été alerté de faits présumés de pédophilie. Dans le sillage, le parquet a été informé.

Quand nous avons eu vent de l’affaire, nous sommes allés chercher notre fille prétextant qu’elle devait parler avec son père au téléphone. Et nous l’avons interrogé. Elle nous a clairement dit qu’elle a été violée en de nombreuses reprises par cet homme qui est le mari de sa grand-mère, A. K. Ensuite, nous l’avons conduit dans une clinique où ils ont clairement dit que la fillette a été déflorée depuis longtemps.” A fait savoir un des oncles de la gamine. Et, à en croire ces sources locales, il y a eu deux avis médicaux qui ont confirmé une défloraison ancienne. Forte de ces avis médicaux, la famille paternelle de la gamine -puisque les parents ont divorcé il y a deux mois et que la fillette est sous la garde de sa mère- a décidé d’ébruiter l’affaire, en portant l’affaire à la connaissance de la maman de la gamine.

Mais, la mère de la gamine qui se trouve sous le même toit que son beau-père, présumé violeur, a préféré taire l’affaire. “Elle veut qu’on taise l’affaire pour protéger sa mère“, ont fait savoir les oncles de la gamine. Dans des audios rapportés à Kéwoulo, on entend clairement la mère de la gamine supplier son ex-mari de ne pas ébruiter l’affaire. “Ce n’est pas pour lui. Je le fais pour ma mère. Si c’était pour cet homme seulement, il y a longtemps que je serai parti chercher les policiers pour le menotter. Mais, pense à ma mère, elle ne t’a jamais rien fait de mal.” A dit, en de nombreuses reprises, la mère biologique de la gamine. Après de longues conciliabules, Kéwoulo a appris que la police aurait déjà mis le présumé pédophile en garde à vue dans la journée du samedi.

Alors que tout le monde croyait que l’affaire est résolue, l’homme -âgé de 65 ans- a été vu chez lui, le même jour. Pendant ce temps, le témoin oculaire des faits, cette tante de même père que la maman de la victime a quitté le domicile après s’être rendue au commissariat central de Tamba. Et fait sa déposition. Après avoir fait cette déposition, B. D a appris que sa propre soeur -la maman de la fille violée- a déposé une plainte contre elle pour “diffamation” et “dénonciation calomnieuse”. “Elle veut qu’elle garde le secret. Parce que derrière ce viol il y a de gros secrets familiaux qui risquent de sortir.” Ont fait savoir des sources locales. En attendant de vous livrer tous les détails de cette affaire, la police de Tambacounda, que la rédaction de Kéwoulo a contacté, a préféré se limiter à dire que l’affaire suit son cours.

PARTAGER
Article précédentSicap-Foire: La DOCTIS démantèle un réseau de pilules d’ecstasy
Article suivantCOVID-19 : L’OMS recommande 2 nouveaux médicaments
Journaliste d’investigation, Babacar Touré est le Directeur de Publication de www.kewoulo.info. Il a dirigé la publication de www.senenews.com et a été, tour à tour, directeur de publication de L’indépendant-hebdo, un journal d’investigation sénégalais. Diplômé en Sciences politiques à l’Université de Paris 8, Saint-Denis (France), ancien Reporter à la rédaction du Témoin puis à L’Obs, à Dakar, Correspondant à Paris de Sen-Tv et La Tribune, il a collaboré avec Le Courrier de Mantes -Les Yvelynes-, Le Républicain, -Essonne- en région parisienne. Livres Publiés: -«Cote d’Ivoire, violences d’une transition manquée» (L’Harmattan 2007), -« Le triomphe de l’imposture, Enquête sur l’énergie au Sénégal» (Paris Edilivres 2009)

Laisser un commentaire