Serigne Mbaye Sy Mansour, Khalife général des Tidianes : « l’Etat est trop impliqué dans les dossiers judiciaires en instruction »

Serigne Mbaye Sy Mansour, Khalife général des Tidianes

0

Le Khalife général de Tidianes qui a reçu différentes délégations, a délivré des leçons de vie aux fidèles sur la corruption, la transhumance politique … morceaux choisis.

«La mission de l’Ofnac (Office national de la lutte contre la fraude et la corruption) est très noble. Mais ce sera difficile d’endiguer la corruption au Sénégal. L’année dernière, des politiciens sont venus me voir en période de Gamou. Dans leurs discours, ils ont dit qu’ils luttaient contre la corruption. Je leur ai dit que les politiciens sont les premiers corrupteurs. Ils distribuent des enveloppes dans tous les foyers. Ils viennent seulement à cette occasion et puis, ils disparaissent.

Quand on donne une enveloppe à un marabout, c’est parce qu’on veut qu’il vous caresse dans le sens du poils. Les guides religieux ont aussi une responsabilité sur ce fait. Ils ne doivent pas cautionner de telles pratiques. Parce qu’ils doivent être les premiers à s’interroger sur l’origine de l’argent qu’on leur donne. Certains gagnent licitement leur argent mais d’autre le volent. Et vous ne verrez jamais quelqu’un justifier la source de son avoir, parce que c’est souvent illicite. Quand un disciple donnait de l’argent à El Hadji Malick Sy, il le distribuait aux fidèles. Il ne l’utilisait jamais pour donner à manger à ses enfants. J’ai vu mon père, Serigne Mansour, ensuite Abdoul Aziz Sy Dabakh procéder de la sorte. Même s’ils acceptaient ces dons, ils se souciaient toujours de leur provenance.

El Hadji Malick Sy avait même cessé de manger de la viande. Puisqu’il disait que la viande pouvait provenir d’un animal qui est peut-être entré dans le champ d’autrui. C’est parce qu’il y a trop de pourriture dans le pays, que la corruption y est devenue monnaie courante. Aujourd’hui, des gens bien nés sont devenus des esclaves de l’argent.

On ne peut pas avoir l’agrément de Dieu dans ces conditions. Nous vivons cela dans les foyers religieux. Souvent, lorsque quelqu’un vient voir le marabout, on lui rétorque qu’il est indisponible. Il suffit qu’un autre arrive et donne de l’argent, pour qu’on le conduise auprès du marabout. Ces actes sont à bannir dans nos comportements. Il en est de même souvent dans les mausolées. Si tu débourses, on t’ouvre les portes pour que vous puissiez faire vos « ziars ». Certes, l’Etat a créé ce corps de contrôle (Ofnac) pour lutter contre la corruption, malheureusement il est trop impliqué dans les dossiers judiciaires en instruction.

Ensuite, l’argent que le gouvernement distribue dans les foyers religieux appartient aux contribuables sénégalais. Cela doit être investi dans le pays pour créer des infrastructures. Un jour, le Président Abdou Diouf avait envoyé beaucoup d’argent à Serigne Abdou Aziz Sy Dabakh. Apres le Gamou, Serigne Abdou a envoyé une délégation au Palais pour lui restituer l’argent. Il lui a dit que cela appartenait aux Sénégalais, puisque ce n’est pas sorti de sa poche.

Serigne Abdou ne pouvait s’autoriser de manger de l’argent illicite. Un marabout qui reçoit des « adiya », quand vous l’entendez se confondre en remerciements, c’est parce qu’il a reçu une grosse enveloppe. Prions que Dieu change les mentalités et les comportements. L’argent a corrompu les mœurs. Il faut que les Sénégalais retournent aux valeurs de probité et d’intégrité pour bâtir un Sénégal juste. »

L’Observateur

Laisser un commentaire