Sénégalais tué en France: Ce que l’on sait de l’enquête du double meurtre de Ris Orangis

Sénégalais tué en France: Ce que

Dans un précédent article, publié le 19 mai dernier, Kewoulo apprenait le meurtre de deux migrants subsahariens, tués au poignard dans un centre d’hébergement d’urgence de Ris-Orangis, dans l’Essonne. Quarante-huit heures après les faits, Kewoulo est retourné sur les lieux du drame pour percer les mystères qui entourent ce double meurtre de migrants.

Et l’enquête sur le double meurtre du foyer Coallia de Ris Orangis, près de Paris, a connu des avancées notoires. Alors que la sûreté départementale d’Evry avait annoncé l’arrestation d’un malien présumé auteur des coups mortels, Kewoulo a appris que « le suspect des meurtres a été interné d’office en hôpital psychiatrique, son état étant incompatible avec le régime de la garde à vue », ont fait savoir des sources judiciaires proches du parquet d’Evry. Connu pour des faits de violences et condamné par la justice française, l’auteur du double crime est un marginal ivoirien souvent pris en charge par le 115, le service d’urgence des sans abris. A en croire des sources proches des migrants « il n’avait cependant jamais été violent dans le foyer. Et personne dans le foyer savait qu’il avait un passé de délinquant. »

A LIRE AUSSI: France: Deux migrants sénégalais et ivoirien poignardés à mort dans un foyer

Comme ces témoins qui ont requis l’anonymat, la direction du foyer n’aurait jamais signalé le moindre problème avec le mis en cause même si, toutefois, de nombreuses voix se sont, ces derniers temps, élevées pour dénoncer des actes quotidiens de délinquances des migrants. « Il y a souvent des bagarres la-bas. Aussi, de petits trafics s’y déroulent et la drogue y circule librement. » A dénoncé une source interne qui a décidé de quitter prochainement le foyer. En plus de la drogue, c’est la banalisation des actes quotidiens de délinquance qui courroucent de nombreux résidents. « D’ailleurs, il n’est pas rare que des tournois de foot soient organisés jusque à 22 heures dans le foyer alors qu’on est censé être en période de confinement. » Dénonce l’un des vigiles du foyer.

Et, dans ces conditions, tout était -depuis longtemps- réuni pour qu’on en arrive à ce drame. Si les meurtres en question n’ont pas surpris grand monde ici, ce sont les profils de l’auteur comme des victimes de ce double meurtre qui ont surpris plus d’un. A en croire des sources internes, le trio impliqué dans ce drame est très lié et c’est le 115 qui les a placés dans ce centre en mars dernier, au début du confinement. « Tous les 3 sont de grands amis. Ils sont ensemble depuis décembre et jamais personnes ne les a vu avoir un différend. » Ont témoigné des migrants qui les ont connus ailleurs.

Le Sénégalais -42 ans- comme l’ivoirien -29 ans- sont amis avec le le malien -36 ans- qui les a tués pour une raison inconnue « mais qui pourrait être liée à de la consommation de drogue. » Et ce fameux jour du drame, l’ivoirien avait, d’abord, poignardé à mort le Sénégalais, dans leur chambre, avant de venir achever l’ivoirien dans la cour du foyer. Tous les 3 sont musulmans et s’apprêtaient à fêter l’Eïd dans la cour du centre. « On a décidé, en hommage aux deux disparus, de maintenir cette fête de l’Eïd dans la cour pour changer un peu l’atmosphère. » Ont témoigné des sources proches du foyer.

Le Sénégalais tué, ainsi, par son ami malien se nommait Amadou Thiam. Il est originaire de Ziguinchor. Et c’est récemment qu’il avait rejoint l’Europe, par la voie maritime. En situation irrégulière, il était arrivé en Italie avant de joindre le Portugal où vit son père. « C’est parce qu’il n’avait que la France en tête qu’il a décidé de monter sur Paris tenter sa chance. » A soutenu un membre de la famille du Sénégalais. C’est, finalement, la mort qu’il y a trouvé au soir du lundi 19 mai dernier. Pendant que leur ami meurtrier a été interné en hôpital psychiatrique, les deux corps de l’ivoirien et de Amadou Thiam reposent dans une pompe funèbre de l’Essonne dans l’attente d’un hypothétique rapatriement.

Laisser un commentaire