SENEGAL : la loi sur le parrainage et ses premières conséquences

SENEGAL : la loi sur le parrainage et ses premières conséquences

SENEGAL : la loi sur le parrainage et ses premières conséquences
SENEGAL : la loi sur le parrainage et ses premières conséquences

Un seul sujet crée actuellement la polémique au Sénégal : la loi sur le parrainage.  Cette loi qui a divisé les leaders politiques, est soumise à l’Assemblée nationale pour vote ce jeudi 19 avril 2018. Lors de cette journée, beaucoup de manifestations ont été notées à travers le pays. Et même en dehors du Sénégal, nous avons constaté des mouvements d’humeurs comme à Paris où quelques sénégalais ont manifesté pour dire non à ce projet de loi. Toute action a des conséquences. Les manifestations de ce jeudi ont occasionné beaucoup de dégâts, de dysfonctionnement, des arrêts qui ont entraîné des pertes économiques.

Le parrainage pour une élection, selon les juristes, peut être défini comme un mode de sélection pour valider une candidature par la signature d’un nombre défini de citoyens ou d’élus.

Au Sénégal, le parrainage n’est chose nouvelle car les élections du 1er décembre 1963 ont été organisées dans ce contexte. A cette époque, il fut demandé à chaque candidat d’obtenir le parrainage de 10 députés. Et Senghor était le seul à les obtenir et du coup il est devenu président de la république.

Et voilà aujourd’hui que ce même parrainage refait surface, mais cette fois-ci violemment rejeté par l’opposition. Ce jeudi 19 avril était le jour de vote de cette loi. Et lors de cette journée, l’opposition et même la société civile ont demandé aux populations de sortir et de descendre dans les rues pour s’opposer à ce projet de loi. Mais ces descentes sont accompagnées de conséquences pour les populations et surtout pour l’économie du pays.

Un adage dit « le temps perdu n’est jamais rattrapé ». En tout cas, le vote de ce projet de loi a fait perdre des heures de cours à certains établissements qui sont obligés de fermer leurs portes. Tout ceci pour éviter d’éventuelles intrusions par les manifestants dans ces écoles situées dans les alentours du centre-ville. Le collège de la Cathédrale, situé à quelques mètres de l’hémicycle, a suspendu ses cours le mercredi et le jeudi. Il y a même les établissements privés à l’instar du collège Jean de la Fontaine qui a aussi suspendu les cours toute la journée du jeudi pour ne citer que ceux-là.

En outre de ces heures perdues, les manifestations ont fait beaucoup de blessés surtout des civils. Certains touchés au niveau du bras, d’autres sur la jambe. Certains ont eu des malaises avec la fumée, comme un jeune homme qui est allé chercher des documents administratifs pour ses besoins et qui a eu un malaise devant l’Hôpital Abass Ndao. A cela s’ajoute les journalistes qui ont eux aussi font l’objet de victime de ces affrontements entre populations et forces de l’ordre. Un autre « champ de manifestation » aussi comme à Sandaga. Là-bas aussi, il y a eu rudes affrontements. Certains manifestants ont été blessés et d’autres arrêtés par les forces de l’ordre.

Par ailleurs, un autre volet  est à prendre en compte surtout, c’est l’économie. Lors de cette certaines boutiques sont restées fermées durant toute la manifestation, faisant perdre à ces jeunes toute une journée de travail. Sur les transports en commun, les bus dakar dem dikk ont observé une journée « blanche ». Pratiquement aucun bus n’a travaillé ce jour là. C’est une mesure de précaution prise pour éviter que des bus soient encore endommagés comme ça était le cas le 30 mars dernier où environ 6 bus Dakar Dem Dikk ont été endommagés après le verdict du procès du maire de Dakar. Tout ceci constitue une perte pour le pays si on fait allusion à tous ces arrêts, aux heures de cours, ces blessés, etc.

Par ailleurs, l’opposition pense que le combat ne s’arrêtera pas là. Elle ira jusqu’au bout de ses efforts. Car ce projet de loi est « antidémocratique ». En attendant cela, le calme est revenu dans le pays.

Laisser un commentaire