Saint-Louis : 8.000 pêcheurs sont à quai à cause des lenteurs pour les licences en Mauritanie

Saint-Louis

Du fait de la lenteur notée dans le renouvellement des licences de pêche octroyées chaque année par les autorités mauritaniennes aux pêcheurs sénégalais, plus de 8000 professionnels de la pêche de la Langue de Barbarie sont actuellement dans le désarroi. Ces derniers attendent toujours les 400 licences de pêche, pour pouvoir opérer en toute quiétude dans la zone maritime mauritanienne.

Selon Vieux Mor Dièye, animateur de l’émission Batu Mol sur Teranga Fm et autres pêcheurs domiciliés à Guet-Ndar, Santhiaba et Gokhou-Mbathie, avec ces 400 licences de pêche, ils ont la possibilité de faire travailler au moins 40 pêcheurs, à bord de deux embarcations, dans la mesure où il est souvent nécessaire d’utiliser une pirogue pour transporter les pêcheurs, suivie d’une autre, pour convoyer le reste de l’équipage et le matériel de pêche.
Actuellement, ont-ils précisé, ils sont obligés de s’abstenir d’aller en haute mer car, ils ne veulent pas avoir de problèmes avec les garde-côtes mauritaniens, qui risquent à tout moment d’arraisonner leurs pirogues.
Du fait de cette situation pénible et désagréable qui prévaut dans les quartiers de la Langue de Barbarie et dans une partie importante du Gandiolais, les populations des communes de Saint-Louis, Gandon, Ndiébéne Gandiole, Fass-Ngom et Mpal, sont confrontées à d’énormes difficultés pour trouver du poisson dans les marchés et les grands centres commerciaux du département de Saint-Louis.
À en croire nos interlocuteurs, l’année dernière, en pareille période, les étals étaient achalandé en sardinelles et autres espèces pélagiques que les pêcheurs de Saint-Louis ont l’habitude de capturer dans la zone maritime mauritanienne.
Face à cette situation, les pêcheurs de la langue de barbarie attirent l’attention du chef de l’État pour que la signature des accords de pêche entre les deux pays soit effective car selon eux l’État mauritanien n’est pas prêt à respecter ses engagements pour permettre aux professionnels de mer sénégalais de franchir leur frontière maritime…

Laisser un commentaire