Royaume-Uni: la réparation de la virginité et les tests de virginité interdits

Royaume-Uni: la réparation de la virginité et les tests de virginité interdits

Le gouvernement anglais est sur le point de rendre illégale la chirurgie de réparation de l’ hymen , ou hyménoplastie, après avoir ajouté lundi un amendement au projet de loi sur la santé et les soins .

En vertu d’un amendement au projet de loi sur les soins de santé ajouté le lundi 24 janvier, toute procédure qui tente de reconstruire l’hymen sera illégale, que la personne subissant la chirurgie y consente ou non.

Un nombre croissant de cliniques, d’hôpitaux privés et de pharmacies proposent la chirurgie controversée promettant la restauration de la virginité – avec un grand nombre de filles et de jeunes femmes contraintes à la procédure, selon WION News. Le but de cette procédure est de faire saigner une fille ou une femme lors de son prochain contact sexuel en créant un faux hymen à l’aide de tissu cicatriciel.

Depuis que le gouvernement s’est engagé à criminaliser les tests de virginité en juillet dernier, des militants, dont des médecins et des sages-femmes, avaient appelé à l’interdiction de l’opération. L’une ou l’autre de ces pratiques est considérée comme une forme de violence à l’égard des femmes et des filles.

L’interdiction fournira une protection vitale aux filles sous la pression de la famille, selon une survivante britannique d’abus fondés sur « l’honneur » qui a été harcelée par ses parents pendant des mois après avoir subi l’opération. L’hyménoplastie ne peut jamais être justifiée par des raisons médicales, déclare le Dr Edward Morris, président du Collège royal des obstétriciens et gynécologues.

Il a déclaré qu’ils avaient fait campagne pour l’introduction d’une interdiction des tests de virginité et de l’hyménoplastie aux côtés des organisations de santé et de défense des droits des femmes, car les deux sont inextricablement liés à la violence contre les femmes et les filles.

Aucune de ces pratiques n’a sa place dans le monde médical et ne devrait jamais être pratiquée, a-t-il déclaré, ajoutant que chaque fois qu’ils apprendraient que quelqu’un effectue ces procédures, ils en informeraient le Conseil médical général afin que les mesures appropriées puissent être prises.

 

Afrikmag

Laisser un commentaire