Reportage : Khalifa Sall, l’absent le plus présent à Grand Yoff continue de susciter débats et passions

Reportage : Khalifa Sall, l'absent le plus présent

Loin des siens et détenu en prison depuis le 7 mars dernier, pour détournement de fonds publics, association de malfaiteurs, faux et usage de faux, Khalifa Sall n’a, pour autant, pas perdu ses éternels soutiens qui lui ont assuré de nombreuses belles victoires électorales à Dakar. A Grand-Yoff, quartier populaire de la capitale sénégalaise et bastion imprenable de ce socialiste iconoclaste, l’absence du maire de Dakar est mal perçue. Mais, contrairement à l’effet escompté, le détenu le plus célèbre du Sénégal continue de susciter débats et passions. Les soutiens d’hier, du PS, sont devenus des inconditionnels de Khaaf. Reportage…

Un adage populaire, connu de tous ceux qui ont un jour aimé, voudrait que « on soit absent du cœur quand on est loin des yeux. » Mais, malgré les 10 mois d’absence, l’amour qui lie le maire de la capitale sénégalaise à son quartier populaire n’a jamais cessé. A Grand-Yoff, loin de retourner l’opinion en sa défaveur, l’emprisonnement de Khalifa Sall pour des présumés délits aussi déshonorants que le détournement de deniers publics, l’association de malfaiteurs, le faux et son usage, a fait monter la cote de popularité du fils de la modeste commune dortoir de Dakar.

Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, dans cette société sénégalaise qui se veut des valeurs, c’est, Khalifa Sall, « le voleur de l’argent du contribuable” qui est salué en héros dans cette cité dortoir de Dakar. Ses détracteurs et juges, des « comploteurs. » Dans le mauvais rôle, le chef de l’Etat, Macky Sall, comme le premier Secrétaire du Parti socialiste, Ousmane Ténor Dieng, sont « les diables » que les aînés de Grand Yoff, par pudeur mais aussi par dépit ou dégoût, ne veulent plus évoquer les noms, préférant tourner la tête quand on les évoque. Mame Sokhna est une petite dame qui a si longtemps vécu dans ce patelin qu’elle a fini par ressembler au décor du coin : vielle, fatiguée et dévastée.

Dévastée par l’amertume de devoir vivre sans son bienfaiteur de fils, Khaaf. Comme toutes les personnes d’un certain âge, elle n’avait plus aucune notion du temps préférant confier son sort à Allah auprès duquel Dieu elle voudrait trouver repos éternel et félicité. Parce que, après avoir autant existé, les hommes et femmes qui ont vécu sans haine ni gloire, n’aspirent qu’à quitter ce monde, sans défi à relever. Sans rêve à concrétiser ni combat à mener. Mais, depuis que Khaaf est jeté en prison, elle a recommencé à compter les jours. A subir la longue absence de Khalifa et à espérer voir finie la détention qui de provisoire pourrait devenir, selon les spécialistes, longue et pénible. De façon à rendre le premier présidentiable de Grand Yoff out pour la course aux futures présidentielles. Alors, pour mieux appréhender cette palpitante attente, elle a commencé à s’intéresser aux débats politiques qui pullulent dans les médias.

Maame Sokhna ne cherche pas, comme tout citoyen lambda épris de justice et de vérité, à savoir si Khalifa Sall a volé ou pas l’argent de « la caisse d’avance. » Ce qui l’intéresse c’est de voir Khalifa Sall lui revenir sain et sauf : parce que l’enfant qu’elle a vu naître et grandir et qui lui a toujours témoigné générosité et gratitude, ne peut être un voleur. « Ceux qui l’ont mis dans cette situation ont comploté contre lui. Mais, au bout du compte, ils vont le regretter et n’auront jamais la victoire ! », a prédit la nonagénaire. Ce n’est pas la peine de lui demander les noms de ces «jaloux comploteurs» qui ont envoyé Khaaf en prison, depuis que son Khalifa est incarcéré, Maame Sokhna ne prononce plus ni les noms de Macky Sall ni ceux de Ousmane Tanor Dieng. « Je ne les connais pas », s’est-elle toujours empressée de dire, pour couper court aux questions du reporter de Kewoulo qui a, malgré tout, réussi à la faire parler.

Pour les habitants de Grand Yoff, Khaaf devait passer par cette étape du parcours déjà tracé de son destin. « C’est Dieu qui a prévu cela pour lui et il sortira », a déclaré un vieil habitant de Grand Yoff. Pour Pape Modou Diop, « tout cela n’est rien d’autre qu’une opération de sape. » Mais, il avertit qu’ils se battront corps et âmes pour obtenir la remise en liberté de Khalifa Sall. Seule fausse note de ce concert de soutiens, Omar Sall, un autre résident du quartier populaire voudrait que « puisque Khalifa Sall n’est pas le seul détenu du Sénégal, il doit rendre compte comme tous les autres. »

En dehors de cette seule voix discordante, à Grand Yoff, dans son fief, tous pensent que Khalifa Sall n’est qu’un détenu politique voire un otage. Et comme preuve de leur bonne foi, ils ont pris Allah et son prophète à témoins. Et mysticisme oblige, à Grand Yoff tout le monde pense et dit que « tous ses marabouts ont prédit à Macky Sall que son tombeur est un homme qui est tout le temps habillé en boubou blanc. » Et, comme par hasard, il se trouve que Khalifa Sall est le seul qui est toujours vêtu tout de blanc. C’est pour cela que Macky Sall a pensé qu’il serait plus judicieux de le placer en isolement. Ce serait cela qui est à l’origine des démêlés judiciaires de l’absent le plus présent de Grand Yoff ; absent dont l’évocation du nom ravive les passions et alimente les débats.

 

 

Laisser un commentaire