[Reportage] Afghanistan: que pensent les Afghans de la Loya Jirga?

[Reportage] Afghanistan: que pensent


La Loya Jirga se poursuit pour la troisième journée consecutive à Kaboul, ce mercredi 1er mai. La grande assemblée consultative s’est ouverte lundi, réunissant 3 200 personnes de toutes les provinces d’Afghanistan pour discuter de la paix en vue de pourparler avec les talibans. Le chef de l’État afghan a lancé cette consultation pour rassembler les opinions, les doléances, les exigences des Afghans en cas de négociations de paix alors que les talibans, qui ont décliné l’invitation, s’entretiennent exclusivement avec les Américians dans le cadre de pourparlers engagés depuis plusieurs mois à Doha, au Qatar.

A Kaboul commence le troisième jours de la Loya Jirga, une assemblée consultative traditionnelle lancée par le président afgan Ashraf Ghani pour sonder la population sur le processus de paix dans le conflit qui oppose les talibans aux autorités.

Alors que les premiers refusent de rencontrer le gouvernement du pays, le considérant illégitime, les citoyens afghans, eux, sont partagés quant à l’issue de cette consultation.

Rahmatullah, électricien de 25 ans, est convaincu que la Loya Jirga aura un impact déterminant pour arriver à la paix en Afghanistan : « Cette Loya Jirga a beaucoup d’influence parce que tous les leaders d’Afghanistan sont présents, toutes les personnes importantes du pays sont ensemble pour décider de la paix. »

Amina, elle, ne se fait aucune illusion. La jeune femme déambule avec ses amies sur les trottoirs de Share Now, dans le centre de la capitale. Cette assemblée est selon elle une mascarade : « La Loya Jirga n’est que symbolique. Qui a le pouvoir en Afghanistan ? L’Otan, les Américains et les Européens. L’État ne peut décider de rien. Les conseils de la Loya Jirga au président ne seront pas suivis. Il obéira aux Américains. »

Quand on leur demande si les droits des femmes peuvent être défendus par l’assemblée, toute la bande d’amies répond avec un « non » unanime. Arozou s’empresse d’ajouter : « Que ce soit la Loya Jirga ou le Parlement, ils sont inutiles, leur fonctions n’est que symbolique. Chacun prend ses interêts, ils font des discours et ca s’arrête là. Ils se fichent du peuple afghan. »

Les filles tournent les talons pour retrourner à leur shopping. Elles refusent de s’attarder dadvantage sur l’assemblée consultative.

Laisser un commentaire