RDC: l’Eglise réagit aux flèches de Joseph Kabila

RDC: l'Eglise réagit aux flèches

Quelques jours après de nombreuses critiques venues de l’intérieur comme de l’extérieur du pays suite à la répression des marches des chrétiens qui réclament l’ouverture de l’espace politique, le président congolais Joseph Kabila s’est adressé  aux journalistes à Kinshasa, lors d’une conférence de presse. Un fait rare qui en a surpris plus d’un. Particulièrement ciblées dans le discours du chef de l’Etat, les autorités catholiques, ainsi que la Monusco, répondent sur le fond des critiques.

« Nulle part, dans la Bible, Jésus-Christ n’a jamais présidé une commission électorale. » Sous le vernis de l’humour la critique est cinglante. Joseph Kabila a ainsi tenu à recadrer l’Eglise catholique. Elle n’a pas à se mêler du processus électoral, selon lui. Réponse de la conférence épiscopale congolaise : l’Eglise a, au contraire, l’obligation au contraire de prendre position, affirme Donatien Nshole, porte-parole de la Cenco. « Le pape Benoît XVI disait que l’Eglise doit être présente là où la population souffre. C’est le cas en RDC. Et c’est la crise socio-politique qui a accentué cette souffrance, donc c’est tout à fait normal que les évêques travaillent pour la consolidation de la démocratie. »

Autre cible des critiques du chef de l’Etat, le comité laïc de coordination de l’Eglise catholique, organisateur des marches de protestation ces dernières semaines. Joseph Kabila l’accuse de vouloir faire dérailler le processus électoral et de  proposer un saut dans le vide. « S’il y a ceux qui pensent qu’ils sont intelligents, qu’ils ont des idées pour améliorer le processus, la porte est ouverte. Mais essayer de faire dérailler ce processus avec des propositions farfelues, cela est tout à fait inadmissible ».

Parmi les revendications du Comité laïc : une « déclaration publique du président de la République qu’il ne sera pas candidat à sa propre succession », tout comme « l’application de toutes les mesures de décrispation de l’accord de la Saint-Sylvestre ». Exemple : la libération sans condition de tous les détenus politiques, ou encore la fin de l’exil des opposants menacés d’arrestation. Des points sur lesquels Joseph Kabila est une nouvelle fois… resté vague hier.

L’ONU rappelle qu’elle a aidé Kinshasa face au M23

Il n’y a pas eu d’annonce particulière durant la déclaration de Jospeh Kabila, celui-ci s’en est surtout pris à ses détracteurs. Parmi eux, l’Eglise donc, mais aussi la Monusco. La force onusienne est sous le feu des critiques des autorités, critiques qui n’avaient rien de public jusqu’aux déclarations du président congolais, hier :

On a toujours posé la question à nos amis de la Monusco : « citez-nous un seul groupe que vous avez réussi à maîtriser, à éradiquer, puisque c’est ça le mot ? » Aucun. Kinshasa reproche à la mission onusienne de violer le Sofa, l’accord signé entre l’ONU et son gouvernement, et de mener des actions sans consultation. Côté onusien, on parle d’entraves quasi-quotidiennes des autorités et partout à travers le pays, comme récemment encore, les drones de la mission qui ont été cloués au sol pour un vol de nuit qui n’aurait pas été signalé.

 

Et quand le président congolais assure qu’il ne permettra pas une « cogestion de l’Etat congolais avec l’ONU », côté onusien, on soupire : « C’est surtout que chaque fois qu’on dénonce quoique ce soit, le ton monte et ce n’est pas nouveau, les relations sont mauvaises depuis la chute du M23. » Mais pour vaincre cette rébellion, les casques bleus ont aidé, rétorque-t-on côté onusien. Quand le chef de l’Etat congolais affirme que la Monusco n’a jamais éradiqué aucun groupe armé, ces sources expliquent que les opérations seraient sans doute moins compliquées s’il n’existait pas de liens entre ces groupes et certains officiers de l’armée congolaise.

Concernant les élections que la Monusco n’aurait soutenu ni en 2011, ni aujourd’hui, ces sources onusiennes démentent. Selon le Centre Carter, la Monusco a même assuré un soutien logistique à hauteur de 7% du budget des élections en 2011. Quant au nouveau cycle électoral, l’ONU a déjà convoyé 4000 tonnes de matériel électoral et a transmis, tel que requis, à la Commission électorale son plan d’appui logistique.

Laisser un commentaire