PSG : la «MNM», ce n’est pas encore ça

PSG : la «MNM», ce n'est pas encore ça

Single Post

Le trio magique Messi-Neymar-Mbappé est apparu très perfectible mercredi, sur le terrain de Bruges (1-1), en Ligue des champions.

Avec Lionel Messi, Neymar et Kylian Mbappé, le PSG dispose de trois des meilleurs attaquants du monde. Trois joueurs qui font rêver les foules et trembler les défenses. Sauf que l’arrière-garde de Bruges n’a pas tremblé tant que cela mercredi soir (1-1), lors de la rencontre qui opposait les deux équipes pour le compte de la première journée de phase de poules de la Ligue des champions. Certes, Mbappé s’est avéré décisif sur le but d’Ander Herrera, Messi a touché la barre et Neymar s’est dépensé, mais le compte n’y est pas. Évidemment, ce n’était que la première fois que les trois superstars étaient alignées ensemble. Pas question d’enterrer leur association après un match. D’autant que le trio se muait en duo dès la 51e minute, après la sortie sur blessure de l’international tricolore de 22 ans. Neymar et Messi, qui ont vite retrouvé leurs réflexes barcelonais, se cherchaient encore plus régulièrement après cela et jusqu’au bout. Ledit Messi a d’ailleurs donné un ballon en or à Mbappé en première période, le portier du Club Bruges, Simon Mignolet, contrariant leur plan sur le coup.

L’entente entre les trois larrons de cette ligne d’attaque «All Stars» reste toutefois à parfaire. Normal à ce stade de la saison. «Ça ne peut pas venir seulement à l’entraînement, mais aussi en match. Ils ont besoin de se comprendre», confesse Mauricio Pochettino, logiquement déterminé à donner du temps à cette fameuse «MNM» qui fait saliver l’Europe entière. À voir si les trois joueurs pourront à nouveau débuter ensemble dimanche, contre Lyon, lors de la sixième journée du championnat de France de L1, après la sortie sur blessure de Mbappé mercredi.

Le PSG coupé en deux

Lequel Mbappé est d’ailleurs apparu en jambes au stade Jan-Breydel. Messi, qui n’a joué qu’une poignée de minutes à Reims (victoire 2-1) et deux matches avec l’Argentine depuis le début de la saison, un peu moins. Quoique, le sextuple Ballon d’or s’est évertué à assumer ses responsabilités en fin de rencontre, poussant pour arracher les trois points. S’il a retrouvé des abdominaux bien dessinés, contrairement à son retour de vacances, Neymar, lui, a du boulot pour retrouver sa forme optimale. En Belgique, ses accélérations n’ont pas franchement étourdi ses adversaires… À l’image de ce ballon au-dessus de la défense en première période pour Gini Wijnaldum, le Brésilien est toujours capable de gestes d’exception. Mais sans son habituel coup de rein, c’est plus compliqué pour éliminer… Mais le plus gênant aura été le manque d’implication des trois stars aux taches sombres. Peu concernés par le repli, ils ont exposé leurs milieux et les défenseurs. «Je ne pense pas que le problème vient du travail des trois joueurs offensifs. Je suis content de ce qu’ils ont fait aujourd’hui. On doit être plus costaud dans d’autres secteurs de jeu», a corrigé «Poche», en conférence de presse. Et d’ajouter : «On n’a pas été suffisamment solide pour gagner un match de Ligue des champions.»

Bonne nouvelle ? Ce n’est certainement pas à la mi-septembre qu’il convient d’être au top. C’est en février, mars, avril et mai. D’ici là, la «MNM» aura grandi, elle se sera affirmée. Et tout le reste de l’équipe parisienne avec elle. «On a un groupe composé de joueurs magnifiques. Comme je l’ai déjà dit, il convient désormais de trouver l’organisation défensive qui nous donnera cette solidité et l’organisation offensive qui nous permettra de créer du danger. On a besoin de temps pour cela», conclut Pochettino. Il n’y a plus qu’à. En attendant, on comprendra aisément celles et ceux qui sont restés sur leur faim.

Laisser un commentaire