Joal-Fadiouth : “Ils ont toujours dit, ‘tous contre elle’, moi j’ai toujours dit, ‘Seule devant Vous” Aïssatou Sophie Gladima

Cette fois, c’est Elle. Après quinze jours de campagne et une journée de vote, Aïssatou Sophie Gladima a tout raflé. La nouvelle mairesse de Joal-Fadiouth a dit l’essentiel en une phrase lapidaire après avoir accompli son devoir civique : “Ils ont toujours dit ‘tous contre Elle’, moi j’ai toujours dit ‘Seule devant Vous“.

Ce message démontre à souhait que Madame n’est pas de celles-là qui se laissent faire. Voyage dans le parcours de la révolution “Astou Colo”. A Joal-Fadiouth, le nom qui parle plus au ministre Aïssatou Sophie Gladima est Astou Colo ou Madame.

Colo, diminutif de Clotilde est le prénom de la maman de Aïssatou Sophie Gladima. En effet, à Fadiouth, on appelle toujours l’enfant avec le prénom de sa mère. Astou est le diminutif de Aissatou, son prénom. Aînée d’une famille de 11 enfants, elle est élevée par sa maman qui est de Fadiouth, sous l’œil vigilant d’une grand-mère.

Catholique pratiquante, à l’âge de 15 ans, elle se rendait au monastère de Keur Guilaye, pour une retraite spirituelle. Il y a moins d’un an, personne ne présageait que Joal-Fadiouth tomberait entre les mains d’une femme. Une longue et passionnante histoire la lie á Joal-Fadiouth qui est au cœur de sa victoire. Elle a été menée vers la victoire avec une force qui ne souffre d’aucune contestation.

Il y a à peine quelques jours, elle n’était que ministre du Pétrole et des énergies. Elle battra campagne, seule, au milieu d’adversaires masculins, qui ne lui ont pas facilité la tâche. Sauf, raconte-t-elle, les candidats de l’opposition, Cheikh Seck et Dr Dieye. 

Cheikh Seck et Dr Dieye bien qu’ils soient de l’opposition, ils ont toujours eu un esprit de fair-play. A chaque fois que nos convois se croisaient, ils s’arrêtaient pour discuter avec nous. Le tout dans le respect et la cordialité. Je les félicite vraiment de par leur courtoisie. Ce n’était pas le cas avec certains qui se disent alliés du Président Macky Sall, qui ont tout fait pour nous dénigrer“, s’est-elle désolée. Elle dit rendre grâce au Seigneur qui l’a toujours renforcée face aux adversaires. Le Seigneur, l’accompagne tous les jours, d’ailleurs un de ses collaborateurs témoigne : “Tôt, le matin, elle se rend à l’église pour prier avant de venir au bureau. Elle vient même avant nous au bureau“.

Avec hargne, sans tambour, ni trompette elle s’est frayée son propre chemin. Durant la campagne, ses adversaires l’ont snobée et ignorée, minimisant sa force. C’est désormais une réalité, car 55% de la population en ont décidé ainsi : Madame est maire de Joal. Jamais au cours de cette campagne une once de stress, de panique où d’inquiétude l’a effleurée. Tant elle savait que la victoire lui souriait. Aussi elle savait compter sur ceux qui l’entourent. Ce n’est pas la première fois d’ailleurs que Joal-Fadiouth lui donne ce qu’elle veut. Puisqu’elle avait demandé à ses concitoyens de voter pour son leader, Macky Sall, qui a toujours obtenu des résultats éclatants dans la commune de Joal. 

Elle a su marquer son territoire avec des actions concrètes. Ceux qui pensent qu’elle allait se laisser piétiner par une meute, décidément la connaissent mal. Madame est un symbole chez les Joaliens. Elle a de la présence. Son goût pour l’ordre, pour le travail bien fait, son amour pour Joal-Fadiouth Ngazobil, se reflètent sur sa forte personnalité. Madame Astou Colo impose le respect. 

Mais ce qui est nécessaire et important  pour elle, c’est de mettre à profit les forces de tous les fils de Joal ensemble, pour réaliser enfin cette modernisation dont la commune a tant besoin. Avocate des causes féminines, de commerce facile, Astou Colo voue un profond respect envers tout ce qui l’entoure. 

Attachée à son Joal natal, à l’église, elle se remémore : “J’ai commencé à faire des retraites solitaires ou en groupe de 4 filles à Keur Guilaye avec l’aide du père Jacques Riveira. Cela m’a beaucoup aidée“. Discrète, elle ne manque jamais de s’entourer de ses concitoyens (ennes). Toutefois, elle dit aussi garder de bons souvenirs dans la ville de Ziguinchor où était affecté son père adoptif, Bocar Sall.

Je suis aussi liée à Ziguinchor parce que mon père adoptif, en tant qu’inspecteur régional des Eaux et forêts, y était en service. Après le 15 août, nous partions souvent à Ziguinchor entre 1968 et 1998. Nous sommes un peu attachées à Ziguinchor“, explique-t-elle. 

Son amour pour l’art se reflète dans son accoutrement. Entourée de ses bijoux, elle reflète “l’africanité”. Elle fera découvrir aux Joaliens les fanals de la ville des “Signares”, Saint-Louis. Au cours d’un festival, les fils et filles de Joal découvriront la vraie histoire du nom de la ville du poète Président Léopold Sédar Senghor. Elle dit aimer la danse et la musique et se veut plus que naturelle dans ses actes de tous les jours. 

Géologue de formation

La nouvelle édile du royaume d’enfance du Président poète est instruite dans le sérail géologique. Femme de terrain, elle a commencé par approfondir ses connaissances universitaires avec des stages dans les mines de phosphates de Taïba, de Lam-Lam et de Allou Kagne. Astou Colo est ingénieure Géologue, diplômée de l’Institut des Sciences de la Terre (IST).

Une fois, nous sommes partis en mission de 10 à 20 heures, nous étions sur le terrain sans manger. Nous nous demandions si elle ressentait de la fatigue car en aucun moment son visage ne reflétait la fatigue“, raconte un collaborateur.

Titulaire d’un Master en Sciences en Géophysique appliquée de l’Université de Laval, Québec (Canada) et d’un Doctorat d’Etat ès Sciences en Hydrogéologie générale, elle soutient sa thèse de 3ème cycle au département Géologie Faculté des Sciences de l’Université Cheikh Anta DIOP de Dakar (UCAD) physique appliquée, hydrochimie isotopique.

La nouvelle mairesse de Joal-Fadiouth a été aussi enseignante-chercheure au Département de Géologie de l’Université Cheikh Anta DIOP de Dakar. Ministre du Pétrole et des Énergies, elle a occupé le poste de Ministre des Mines et de la Géologie ; de Ministre des Télécommunications, des Postes et des Technologies de l’information et de la Communication du Sénégal. 

De directrice générale de l’Agence nationale de la recherche scientifique appliquée (ANRSA), elle a été aussi présidente du Conseil d’Administration de l’Institut national de pédologie et conseillère technique à la Primature en charge des Mines et énergies de l’hydraulique.

La liste des fonctions occupées loin d’être exhaustive, elle sera Secrétaire pour l’Afrique de l’Ouest de la G.S.Af (Geological Society of Africa) ; responsable de la commission “Eau et recherche”, du comité de suivi du GWP (Global Water Partnership) ; Membre du comité scientifique du XVème sommet de la Francophonie.

Elle a été membre du comité scientifique au niveau du Centre de Hautes Études de Défense et de Sécurité (CHEDS). Enseignante-chercheur au département de Géologie, Université Cheikh Anta DIOP (UCAD) de Dakar-SENEGAL et présidente de la section sénégalaise de l’AAWG (African Association of Women Geoscientist) ; présidente de l’Association des géologues du Sénégal (Société Géologique du Sénégal, SGS) et conseillère Régionale pour l’Afrique de l’Ouest du Réseau Africain et Arabe des Géoparks.

Aïssatou Sophie Gladima a beaucoup travaillé dans le domaine de l’hydrogéologie, particulièrement la géophysique des méthodes permettant de retrouver les nappes et voir si elles sont de bonne ou mauvaise qualité. Elle sera aussi de la Vice-présidente de la Section sénégalaise du Réseau ouest-Africain et Arabe des Géoparcs.

Puis coordinatrice nationale du réseau des Zones Humides du Sénégal de l’Union International pour la Conservation de la nature (UICN) et membre du comité d’initiative sur l’éducation en Sciences. 

Après le triomphe de Astou Colo, une grande tâche reste à être accomplie : fermer des années d’insalubrité, d’insécurité dans sa ville… Améliorer le quotidien de Joal-Fadiouth où les populations l’attendent sur tous les fronts.

Avec Seneweb

Laisser un commentaire