Au procès de «Jawad le logeur», son complice se défend d’être un «terroriste»

    Au procès de «Jawad le logeur»

     Au deuxième jour du procès en France de Jawad Bendaoud, « logeur » de deux jihadistes auteurs des attentats du 13 novembre 2015, son complice, Mohamed Soumah, a tenté ce jeudi 25 janvier de convaincre qu’il n’était pas un terroriste mais un « délinquant ».

    Avec Jawad Bendaoud et Mohamed Soumah dans le box, on est très loin des attentats qui ont frappé Paris en 2015 et des terroristes de Daech. Ce sont tous deux de petits délinquants, lestés de lourds casiers judiciaires. Ils se sont rencontrés en prison. « Moi je suis pas dans la case terroriste, clame Mohammed Soumah, je suis dans la case délinquant, voyou, racaille ! »

    Hors détention, sa principale activité est la vente de cocaïne, notamment à Hasna Aït Boulahcen, qui, ce 17 novembre 2015, lui demande, outre quelques grammes de drogue, un logement pour « deux frères ». Il va la mettre en relation avec son associé, Jawad Bendaoud, qui est aussi marchand de sommeil à Saint-Denis, louant des squats rue du Corbillon. « C’est vrai que c’est dans le contexte des attentats, j’aurai pu y penser, dit Soumah, mais la vie criminelle continue ».

    De son côté, Jawad Bendaoud ne se pose pas plus de questions. « Je n’avais pas saisi que j’allais atterrir dans une association de malfaiteurs terroristes », confesse-t-il. 700 euros pour quatre nuits, pour héberger une fille des Francs-Moisins et deux hommes qu’elle présente, dit-il, comme ses cousins. « J’étais à mille kilomètres d’imaginer que j’allais héberger des terroristes. » « C’est comme si vous me disiez que Joey Starr allait intégrer Daech »…

    La présidente, Isabelle Prévost-Desprez reste à chaque instant calme et prévenante, évitant ainsi le naufrage du prévenu Jawad Bendaoud, véritable moulin à paroles. Ce dernier parle sans jamais reprendre son souffle, jusqu’à perdre le fil de ses pensées.

     Jawad Bendaoud ne cesse de se vanter. Il n’a pas fait d’études mais il était « brillant ». Il a perdu son emploi, pourtant, il était « le meilleur ». Il a surtout accumulé les condamnations, pour outrage, violences, recel de stupéfiants : le parfait CV du petit délinquant de cité.

    Très loin, donc, des terroristes du groupe Etat islamique. Tout comme l’audience de ce deuxième jour du procès, bien plus proche d’une comparution immédiate à Bobigny qu’un procès hors norme pour terrorisme à Paris.

    Laisser un commentaire