Prix Nobel de la paix 2016: Juan Manuel Santos de Colombie désigné

Juan Manuel Santos

Le comité Nobel d’Oslo vient d’attribuer son Prix Nobel 2016 pour la paix. Cette année, c’est le président Colombien, Juan Manuel Carlos Santos qui a été désigné pour saluer ses inlassables efforts pour ramener la paix sur le continent.

Cette distinction vient saluer les efforts d’un homme qui, malgré l’impopularité de la cause qu’il défend, a tenu bon pour mettre un terme à une guerre fratricide qui sévit en Colombie depuis 50 ans. Cette attribution intervient dans un cadre particulier: en septembre dernier, les Colombiens qui s’étaient réunis pour un référendum avaient rejeté en bloc le projet d’accord de la paix. Et croyant dur comme un fer que les grandes réformes qui changent la vie des peuples ne sont pas toujours populaires, le président a rassuré son interlocuteur et dirigent des FARC que le cessez le feu tenait.

Le référendum, qui s’est soldé par 50,21% pour le « non » et 49,78% pour le « oui » avec une abstention d’environ 62%, a montré un pays polarisé et peu mobilisé pour une consultation non obligatoire, mais que le chef de l’Etat avait voulue afin de donner une « plus large légitimité » à la paix. Le complexe conflit colombien a impliqué au fil des décennies guérillas d’extrême gauche, milices paramilitaires d’extrême droite et forces armées, faisant plus de 260.000 morts, 45.000 disparus et 6,9 millions de déplacés.

Le processus est, pour le moment, bloqué. Mais, sur le terrain, tout le monde est d’accord pour faire taire les armes au grand dam des soldats et des combattants des FARC qui ne rêvent que d’en découdre. Pour Ingrid Bettencourt, l’ancienne candidate à l’élection à la  présidence colombienne et ancienne otage des FARC, « Timochenko et les gens qui l’avaient enlevé méritent bien ce prix ». Car pour tout le monde, les bénéfices d’une paix durable valent mieux que toutes les frustrations vécues. Pour rappel, les FARC contrôlent 1/3 de la superficie du pays et plus de 50000 hommes et femmes sont encore dans ses rangs.

Laisser un commentaire