Politique: Aly Ngouille Ndiaye, l’humiliation de l’un des meilleurs serviteurs de Macky Sall

Les langues ont commencé à se délier au palais de la République. Et Kewoulo, qui avait promis de revenir en détail sur les raisons du départ des congédiés du gouvernement, va tenir parole. Après le cas Amadou Ba, Kewoulo s’est intéressé à celui emblématique de Aly Ngouille Ndiaye.

Considéré comme l’un des collaborateurs les plus zélés du président, le dernier ministre de l’Intérieur, qui avait juré de faire tout son possible pour permettre à tous les militants de l’APR d’obtenir leur sésame et voter pour Macky Sall à la dernière présidentielle alors que tout le peuple était privé de carte d’électeur, a été viré -le palais préfère le mot remercié- de ce gouvernement pour lequel il s’est, pourtant, donné corps et âmes. Aly Ngouille Ndiaye n’a toujours pas parlé depuis son départ du gouvernement. Et ses amis, interpellés par Kewoulo, ont fait savoir que “par décence et pour ne pas le gêner“, ils ont préféré ne pas évoquer le sujet avec lui.

“On lui a juste rappelé que c’est Dieu qui donne le pouvoir et qui le reprend. Et si on a la chance de l’avoir exercé et d’en être parti sans scandales majeurs, comme lui l’a fait, on doit remercier Allah. Il l’a bien pris. Il est croyant.” Ont témoigné des sources proches de l’ancien ministre de l’Intérieur. Si ouvertement l’entourage de Aly Ngouille Ndiaye ne s’épanche pas sur le sujet du moment, en confidence il en veut terriblement à Macky Sall d’avoir payé les sacrifices de l’enfant de Linguère en monnaie de singe. “Même dans nos pires cauchemars, on aurait jamais imaginé que le président puisse, un jour, affaiblir Aly Ngouille Ndiaye pour renforcer Samba Ndiobène Kâ. Pire, on avait jamais soupçonné qu’il puisse accepter de faire siéger Aly Saleh Diop, de Rewmi, dans un gouvernement APR. Et savoir que ces deux là vont devenir les interlocuteurs directs de Macky Sall à Linguère est une trahison terrible.” Murmurent les fidèles d’Aly Ngouille Ndiaye.

Du côté du palais, on a une autre compréhension du limogeage de l’ancien ministre de l’intérieur. Pour les proches de Macky Sall, “en faisant partir Aly Ngouille Ndiaye du ministère de l’Intérieur, le président a accédé à une demande de la commission du Dialogue national. Parce-que, lors du dialogue national, on avait recommandé qu’un militaire, un magistrat ou un membre de la société civile soit nommé au ministère de l’Intérieur pour organiser les élections. Et c’est pour cette raison que Aly Ngouille, qui est un proche du président, ne pouvait pas rester à ce poste.” A en croire ces gorges profondes, le choix de Antoine Felix Diome au ministère de l’intérieur est une réponse à cette doléance. Et le nouveau ministre de l’Intérieur à une ancienneté dans son corps de métier -la magistrature- et familiarité avec les grands dossiers -adjoint zélé du procureur de la Crei, agent judiciaire de l’Etat- qui lui permettent d’occuper ce fauteuil de patron de la place Washington.

Pour ces porte-paroles officieux du palais, “Aly Ngouille Ndiaye a été consulté. On lui a proposé plusieurs postes ministériels qu’il a déclinés. Parce-que, comme Abdoulaye Daouda Diallo -quand il est parti de l’intérieur-, il voulait qu’on lui donne le poste de ministre des infrastructures. Une demande à laquelle le président n’a pas accédé. Ensuite, on lui a proposé le secrétariat général du gouvernement. Mais, il a préféré ignorer ce poste. Voila, pourquoi il n’est plus dans le gouvernement.” Alors que l’ambition présidentielle d’Amadou Ba était le secret le mieux gardé et que l’ancien patron de l’APR de Dakar s’est, peu à peu, coupé de ses bases et soutiens, Aly Ngouille Ndiaye, lui, ne s’est éloigné ni de ses militants ni de ses alliés. Ses amis d’hier sont restés les mêmes aujourd’hui. Et, à Ouakam, à des kilomètres de ses bases traditionnelles du Djolof, nombreux sont les sympathisant qui ont effacé le sourire de leur visage.

Laisser un commentaire