Neymar et Ronaldinho au PSG, l’histoire d’un chassé-croisé

Neymar et Ronaldinho au PSG, l'histoire

0

Leurs destins sont irrémédiablement liés. Ronaldinho et Neymar Jr sont les deux derniers d’une longue liste de légendes brésiliennes du football. Comme Pelé, ils ont tous deux porté le numéro 10 de la Seleção. L’un était parti du Paris Saint-Germain pour rejoindre le FC Barcelone. C’était en 2003. L’autre, Neymar, vient de faire le chemin inverse ce vendredi 4 août 2017. Le « Petit Prince » du Parc, c’est désormais lui.

27 juillet 2011, Etat de São Paulo. Le grand Ronaldinho, champion du monde 2002 et Ballon d’or 2005, est devenu quelque temps plus tôt un joueur du Clube de Regatas do Flamengo. Un retour au pays précoce, au tournant de la trentaine, après avoir tout raflé sur le Vieux Continent, et notamment une Ligue des champions en 2006 avec le Barça.

Cette date du 27 juillet, Ronaldinho l’a sans doute cochée dans son agenda. Car son équipe, jusqu’ici invaincue, se rend alors dans la ville portuaire de Santos, celle du grand Pelé, pour y affronter « le » phénomène dont tout le monde parle au Brésil : Neymar da Silva Santos Junior, dit Neymar Jr. A peine 19 ans et déjà un cador.

Le match est censé symboliser dans le pays tout entier une passation de pouvoir. Il ne fait déjà plus beaucoup de doutes que Neymar sera l’héritier, « la » star brésilienne du prochain Mondial à la maison, en 2014. Et d’aucuns l’imaginent déjà arborer le numéro 10 mythique de la Seleção, porté avant lui par « Ronnie ».

Lors de la Coupe du monde au Brésil, Neymar porte son équipe quasiment seul jusqu’au quart de finale, au cours duquel il se blesse. Son équipe perdra en demie contre l’Allemagne, sur le score de 7-1. Brésil-Colombie, Fortaleza, le 4 juillet 2014.FABRICE COFFRINI / AFP

Un match de légendes entre deux héritiers de Pelé

L’affrontement de juillet 2011 restera finalement dans les anales. A la 26e minute, Santos mène 2-0 quand le remuant Neymar, déjà auteur d’une passe décisive, élimine deux défenseurs d’un geste génial et se lance dans une chevauchée de 50 mètres, ponctuée d’un « une-deux » puis d’un drible incroyable aux 16 mètres. Avant de crucifier le gardien.

L’enfant du pays vient de marquer le but de l’année devant Ronaldinho en personne. Son équipe mène 3-0. Affaire pliée ? Pas vraiment ! Dans la foulée, Ronnie réduit l’écart sur un coup de chance et l’un de ses coéquipiers marque le but du 3-2. Santos aggrave ensuite son cas, en ratant une « panenka » sur penalty. Et Ronaldinho y va de sa passe décisive sur corner avant la mi-temps. 3-3 lors du retour au vestiaire !

La deuxième partie du match repart sur le même rythme de folie. L’affrontement Neymar-Ronaldinho continue de plus belle. Devant un public surchauffé, les deux artistes se rendent coup sur coup. Le premier marque ? Le second répond à 25 minutes de la fin, en glissant malicieusement un coup franc direct à ras de terre sous le mur. 4-4 !

Et « Ronnie » de planter le but suivant, entérinant définitivement la victoire du Flamengo qui se paiera même le luxe d’un 6e « pion » sur la pelouse de Santos. L’aîné rafle là un petit « scalp » avant un long crépuscule. Il domine encore celui dont il se doute qu’il le remplacera vite dans l’imaginaire collectif brésilien. Mais se doute-t-il qu’il signera un jour à Paris ? Probablement pas.

Neymar-Ronaldinho : les deux « Petits Princes »

Ce match de légende illustre à tout jamais le chassé-croisé des deux derniers enfants chéris du beau jeu brésilien, le « joga bonito ». Le premier représente cette génération de pépites parties trop tôt en Europe. D’autant que le joueur se montrera ingrat par la suite avec son club formateur. Ronnie aurait dû revenir au Grêmio, mais il ne l’a pas fait, devenant persona non grata dans sa propre ville.

Neymar, par contraste, restera au pays de ses parents plus longtemps, alors que les plus grands clubs le convoitent. Il reste jusqu’en 2013, à la veille du Mondial 2014 qu’il joue ainsi « à domicile », avec le numéro 10 du grand Pelé dans le dos et le poids de l’histoire sur les épaules. Il assume parfaitement et remplira sa part du marché. Mais il terminera la compétition sur civière, avant de voir les siens balayés par la Mannschaft en demi-finale.

Autre symbole ? Ronaldinho, pendant son apogée, découvre au Barça un gamin haut comme trois pommes, même pas majeur, et exige aussitôt qu’il soit intégré au groupe professionnel, après l’avoir vu à l’œuvre à l’entraînement. Il le prendra sous son aile, puis sur ses épaules en match. Photo légendaire. Puis il ira le voir en personne pour lui confier son numéro 10 avant de quitter les Blaugranas pour le Milan AC.

Ce gamin, c’était l’Argentin Lionel Messi. Après Ronnie, il deviendra le meilleur joueur du monde à son tour. Puis Neymar fera tout son possible pour le rejoindre au Barça. Ils formeront ensemble, avec l’Uruguayen Suarez, la légendaire triplette d’attaquants latinos « MSN ». Et comme Ronnie avec lui, Leo Messi prendra le jeune Brésilien ostensiblement sous son aile. Sauf que ce Brésilien-là ne veut pas attendre son tour et qu’il ne part pas vraiment pour s’effacer devant son génie. Il part pour mieux le détrôner.

Soulever la Coup du monde : l’objectif ultime de Neymar

En 2003, Ronaldinho quitte le PSG en pleine force de l’âge, deux ans après avoir rejoint la France et quelques coups de génie plus tard – dont un but de légende face à Guingamp. Il signe alors dans un Barça en plein doute, face au grand Real Madrid des Zidane, Beckham, Ronaldo et Figo (le traître). Le Barça mise sur lui pour retrouver une dynamique ? Il la retrouvera au-delà des espérances.

Quant à Neymar, il prend ce vendredi 4 août le chemin inverse, déboulant dans un PSG qui peine à franchir un palier en Europe. Ce faisant, le Brésilien inflige au FC Barcelone la plus grande déconvenue de son histoire, rejoignant un championnat moins prestigieux, alors qu’il est dans l’un des meilleurs clubs du monde et dans la force de l’âge qui plus est. Il a d’ailleurs lui-même crucifié le PSG l’année dernière en Ligue des champions. Inimaginable !

Le storytelling est déjà tout trouvé : le Parc tient désormais son nouveau « Petit Prince », surnom de Ronaldinho lors de son passage remarqué dans l’Hexagone. Au Parc, l’actuel capitaine de la Seleção sera moins dépaysé que son aîné, puisqu’il rejoint deux de ses amis brésiliens, Lucas et Dani Alves, sans compter deux autres figures de la sélection, Marquinhos et Thiago Silva.

Autant dire qu’au-delà de l’argent, ce choix de carrière – le plus surprenant de toute l’histoire du ballon rond – cache un objectif sportif : devenir Ballon d’or, certes, mais aussi préparer au mieux le prochain Mondial en Russie, individuellement et collectivement, même si tous n’en seront pas. Lorsque son pays a soulevé sa dernière Coupe du monde, Neymar avait 10 ans. C’était le Brésil de Ronaldo et d’un jeune prodige du PSG : un certain Ronaldinho.

rfi

Laisser un commentaire