Me El Hadj Diouf fait condamner son frère à un mois de prison… pour menaces de mort

​Après deux renvois successifs, le procès opposant Me El Hadj Diouf à son frère Cheikh Fall Kane s’est tenu hier au palais de justice de Lat Dior. Poursuivi pour le délit de menaces de mort, Cheikh Fall Kane a été reconnu coupable par le tribunal qui l’a condamné à un mois de prison ferme, en plus de devoir payer le franc symbolique à la partie civile. Mame Diarra Diop, la femme de Me El Hadj Diouf, a été expulsée de la salle pour troubles à l’audience.                                      <<Achète ton linceul car tu seras mort dans la semaine » tels sont les propos qui ont valu à Cheikh fall Kane une peine d’emprisonnement ferme d’un mois prononcée par le juge des flagrants délits de Dakar. La partie civile, son frère aîné, le célèbre avocat Me El Hadj Diouf, le poursuivait pour le délit de menaces de mort. Pourtant, à la barre, le prévenu, comme il l’avait fait à l’enquête préliminaire, a nié les faits qui lui sont reprochés. La femme de Cheikh Fall Kane ainsi que son fils aîné, âgé de dix ans et homonyme de Me El Hadj Diouf, ont tous comparu à la barre en tant que témoins. La bonne dame a soutenu à la barre n’avoir jamais entendu son mari téléphoner à l’aube comme mentionné par les enquêteurs pour proférer des menaces de mort à l’encontre de son frère utérin. « C’est une histoire entre frères qui ne me concerne nullement. Je ne suis qu’une épouse, si je ne peux pas raccommoder les morceaux que personne ne compte sur moi pour les déchirer » a-t-elle confié.

Quant à l’homonyme de Me El hadj Diouf, il a soutenu qu’il appelle souvent sur le numéro fixe pour parler avec son homonyme. La femme de me El Hadj Diouf, Mame Diarra Diop, a aussi été entendue à titre de simple renseignement par le tribunal. Elle a enfoncé le prévenu en soutenant avoir entendu les menaces proférées par ce dernier contre son mari. Elle a d’ailleurs été expulsée de la salle pour troubles à l’audience. Au moment où l’avocat de son mari prenait la parole pour dire que Me El Hadj Diouf ne méritait pas tout ce qui lui arrive, elle a bondi de son siège pour couper l’avocat en acquiesçant à ses propos. Ce qui n’a pas été du goût du président qui a exigé des gendarmes de la faire sortir de la salle.

Auparavant, Me El Hadj Diouf avait insisté sur le fait que Cheikh Fall Kane n’a jamais travaillé dans son cabinet. Il sera cependant recadré par le président du tribunal qui lui a fait savoir que cela n’était pas l’objet du procès. Selon l’avocat de la partie civile, Me Ibrahima Mbengue, le tribunal n’est pas là pour régler un problème de famille. « Sa femme a nié à la barre avoir entendu le prévenu appeler sur le téléphone de mon client, son enfant aussi. Le prévenu va jusqu’à contester l’appel émis depuis le téléphone fixe de sa maison. Il devrait avoir le courage de dire à la barre que c’est lui qui a émis l’appel (…) Si vous entendez un tel coup de fil le matin de bonne heure, ce n’est pas une bonne nouvelle. Mon client pensait qu’on allait lui annoncer une mauvaise nouvelle. Malheureusement, après avoir décroché, il est tombé sur son frère qui l’a abreuvé de menaces. Me El Hadj Moustapha Diouf a demandé contre mon gré de suggérer au tribunal de lui allouer le franc symbolique (…) Mon client ne mérite pas ce procès. Il a tout fait pour son jeune frère (…) » a-t-il plaidé.

Selon Madame la procureure, les faits sont constants car il ressort de l’appel téléphonique au centre des débats que des menaces ont été proférées. Elle a fini par requérir deux mois assortis du sursis. La défense assurée par Me Khoureyssi Bâ n’a pas estimé nécessaire de poser des questions lors des débats d’audience. « Dans ce dossier, il y a beaucoup à dire. La Sonatel a été requise et elle a dit que c’est à telle heure, à telle minute que ce numéro a appelé. Mais cette société de téléphonie est incapable de vous livrer le contenu d’une conversation et pourtant les Israéliens possèdent le logiciel. Si demain, une attaque terroriste s’opérait dans notre pays, on pourrait tout simplement identifier un numéro qui aurait appelé les terroristes mais pas le contenu (…) Nous sommes tous en liberté provisoire. Le dossier des enquêteurs ne repose que sur des présomptions. Vous, en tant que juridiction de jugement, ne devez vous baser que sur des preuves (…) Je connais les fondements de la garde à vue de mon client. L’intime conviction sera-t-elle suffisante pour condamner le prévenu ? Il n’y a pas de preuve car on n’a pas écouté le contenu du coup de fil… Pensez-vous que mon client est coupable ? Non. Il n’y a aucune preuve. Relaxez-le au bénéfice du doute. Faites-lui une application bienveillante de la loi pénale. Vous devez être le ciment qui fédère les familles » a plaidé Me Cheikh Koureyssi Ba.

Le tribunal, après avoir délibéré, a reconnu le prévenu coupable et l’a condamné à une peine d’un mois ferme en plus de payer à la partie civile le franc symbolique. pour rappel, le 20 juin 2020, à 6h 50 mn du matin, un numéro fixe aurait appelé sur le téléphone portable de me El Hadj Diouf pour lui dire d’acheter son linceul car il sera mort dans la semaine. Une vérification a été faite et il s’est avéré que c’est le numéro fixe du prévenu qui a appelé. Cependant aussi bien à la barre qu’à l’enquête préliminaire, Cheikh Fall Kane a nié les faits.

Le Témoin

Laisser un commentaire