MBOUR : LES COURS N’ONT PAS DÉMARRÉ DANS PLUSIEURS ÉCOLES

Les cours n’ont pas démarré ce jeudi dans plusieurs écoles de Mbour (ouest) dont les responsables souhaitaient faire du concept ‘’Ubi tey, jang tey’’ une réalité, de manière à démarrer les enseignements le même jour.

A l’école Badara Sarr (ex-Mbour 1), la directrice Khary Thioye regrette l’absence de la plupart des élèves, malgré la présence du corps enseignant. Pourtant, ’’toutes les dispositions sont prises’’ pour un démarrage des cours, déclare-t-elle.

’’Le concept +Ubi tey, jang tey+ est tombé à l’eau, parce que le quart de nos effectifs n’est même pas venu. Le problème, c’est que ce sont les parents qui retiennent les enfants à la maison’’, fustige-t-elle.

A l’école Coumba Ding Ding Sonko, qui accueille des élèves de la maternelle et de l’élémentaire, moins de vingt élèves seulement ont répondu à l’appel. Toutes les dispositions nécessaires à un démarrage rapide des cours sont pourtant prises, assure sa direction.

’’Beaucoup de parents n’ont pas encore inscrit leurs enfants, peut-être faute de moyens dû à la crise économique qui sévit au Sénégal’’, explique la directrice de cet établissement scolaire, Coura Dièye Kanté. Elle assure néanmoins que les mesures barrières sont respectées.

Selon elle, certains parents d’élèves préfèrent régler la scolarité de leurs enfants inscrits à l’élémentaire ou au moyen secondaire, avant de penser aux plus jeunes.
’’Pour moi, il faut privilégier la petite enfance, puisque c’est la base de tout’’, soutient-elle.
Elle estime que certains parents d’élèves préfèrent envoyer leurs enfants dans les foyers religieux pour la célébration de la naissance du prophète Mahomet (PSL), communément appelée gamou (Mawlid).

Pour cette raison, elle pense que les cours ne pourront pas démarrer avant la semaine prochaine.

C’est la même situation qui prévaut dans presque tous les établissements scolaires de Mbour, à l’exception de l’école élémentaire Cheikh Mbaba Sow. Dans cet établissement scolaire, le ’’ubi tey jang tey’’ est une réalité, puisque les cours ont démarré au premier jour de la rentrée des classes.

’’Ici, ce concept est une réalité depuis plusieurs années maintenant, parce que nous croyons à la conscience professionnelle’’, fait valoir son directeur, Ousmane Sow.

Pour lui, après plus de deux mois de vacances, la reprise doit être effective le jour de la rentrée des classes.

’’S’il y a un secret à cette situation, c’est que nous sommes stricts sur les principes. Nous avons eu près de trois mois de vacances. Le jour de la rentrée, les enseignants étant présents, il faut que les parents se débrouillent pour amener leurs enfants à l’école’’, a insisté M. Sow.

Il juge ’’inacceptable’’ que les enseignants soient présents et que les élèves ne le soient pas.

’’Ceux qui s’absentent le jour de la rentrée seront systématiquement renvoyés le lendemain’’, a prévenu le chef d’établissement.

source aps

Laisser un commentaire