Mars 2020-Août 2021 : Bilan général de la pandémie de Covid-19 au Sénégal

Mars 2020-Août 2021 : Bilan général de la pandémie de Covid-19 au Sénégal

Le directeur du Centre des opérations d’urgence sanitaire (Cous), Docteur Alioune Badara Ly, a fait le point sur la situation épidémiologique de la Covid-19 au niveau de notre pays, depuis le 2 mars 2020 jusqu’au 31 août 2021. Le Sénégal a connu des vagues caractérisées par des niveaux de transmission de plus en plus élevés, mais de courte durée. Il est revenu sur la chronologie des faits.

La première vague a duré de mars à novembre 2020, soit 9 mois au cours desquels 16 107 cas de Covid-19 et 333 décès ont été enregistrés. Il faut noter que pendant cette période, on n’a pas eu, au niveau du pays, à identifier ou à signaler de variants dits préoccupants parmi les quatre reconnus et signalés par l’Organisation mondiale de la santé (Oms).

La deuxième vague a duré de décembre 2020 à mars 2021. Six mois au cours desquels 25 326 cas de Covid-19 et 807 décès ont été enregistrés. Le variant Alpha a été identifié au niveau de notre pays. La troisième vague a, quant à elle, débuté globalement vers la mi-mai, mais s’est consolidée en juin 2012. Et 31 484 cas de Covid-19 et 634 décès ont été notés.

Le variant Alpha identifié dans le pays

Il faut remarquer que par rapport à la première vague, cette troisième vague a entraîné plus de 15 380 cas. Et par rapport à la deuxième vague, la troisième vague a engendré plus de 6 161 cas. Et cette troisième vague, à la date d’aujourd’hui, n’a duré que trois mois.

«Ceci n’est pas sans expliquer les fortes pressions que le nombre de patients élevé a fait peser sur le système de santé. Pour entrer dans les détails de cette troisième vague qui a été marquée par la forte circulation du variant Delta, nous constatons fort heureusement, depuis six semaines maintenant, notamment depuis le 26 juillet, une  baisse consécutive du nombre de cas positifs depuis six semaines, passant de 5 639 cas à 273 cas la semaine dernière», informe le Dr Ly.

Le directeur du Centre des opérations d’urgence sanitaire ajoute que «successivement, nous sommes passés de 5 639 cas le 26 juillet, à 42 cas la semaine du 2 août, puis à 2 842 la semaine du 9 août, puis à 1 161 cas la semaine du 16 août à 738 cas la semaine du 23 août, à 474 cas la semaine du 30 août et, enfin, la semaine dernière à 273 cas».

En ce qui concerne les cas graves, il notifie que les cas graves ont tendance à diminuer, ceci depuis quatre semaines consécutives. Depuis la semaine du 9 août, le nombre de cas graves en moyenne dans les centres de traitement des épidémies (Cte) cumulé sur une semaine est passé successivement de 61 cas, puis à 52, puis à 42, puis à 32 et, la semaine dernière, à 22 cas, soit une diminution de 10 cas.

Ce qui représente, en matière de taux de diminution, à 45,5 %, entre les deux dernières semaines écoulées.

8 régions ont enregistré plus de 1 000 cas

Quant aux décès, depuis deux semaines, le nombre hebdomadaire de morts commence à baisser progressivement. «Entre la semaine du 6 septembre, on a eu à enregistrer cinq décès, par rapport à la semaine d’avant où nous avions eu à noter 48 décès. Ceci représente une baisse pratiquement de deux fois le nombre de décès enregistré au cours de ces dernières semaines», dit-il.

Huit régions ont enregistré plus de 1 000 cas. Il s’agit de Dakar, qui reste largement l’épicentre de la maladie, avec 48 511 cas, soit 66 % des cas qui ont été confirmés au niveau du Sénégal, suivie de la région de Thiès avec 7 798 cas, soit 11 % des cas identifiés. Suivent les régions de Diourbel, Saint-Louis et Kaolack qui tournent autour de 3 et 5 %. Les régions de Ziguinchor, Louga et Fatick viennent respectivement avec 2,57 %, 2,31 % et 1, 95 % de l’ensemble des cas qui ont été confirmés au niveau de notre pays.

«Nous ne sommes pas à l’abri d’une nouvelle poussée épidémique»

Ces régions représentent pratiquement 97,5 % de l’ensemble des cas qui ont été confirmés au niveau du Sénégal. «Quand on regarde aussi l’évolution récente de la pandémie au niveau de ces régions au cours des dernières semaines de la pandémie, nous constatons que Dakar a, aujourd’hui, huit semaines de baisse consécutive. Et les régions de Thiès et de Ziguinchor sont à six semaines de baisse consécutive du nombre de cas. Saint-Louis et Diourbel sont à leur cinquième semaine ; Kaolack et Sédhiou sont à leur deuxième baisse consécutive». La région de Fatick comme Kaffrine sont à leur première semaine de baisse consécutive des nouveaux cas.

Quelques régions restent dans des situations de non-baisse, avec de légères hausses, mais pas significatives. Il s’agit de Kolda, qui connaît depuis quelques semaines une hausse du nombre de cas. C’est une région qu’il nous faut surveiller. A côté, il y a les régions de Louga, de Matam, de Kédougou et de Tambacounda qui ne sont pas encore dans une tendance baissière forte. Elles connaissent aussi des hausses qui ne sont pas significatives.

«Toutefois, nous ne sommes pas à l’abri d’une nouvelle poussée épidémique. Nous sommes en train de faire l’évaluation de la riposte sur la 3e vague et anticiper sur la simulation de différents scénarii probables qui nous permettront d’identifier des mesures pratiques pour faire face à toute éventualité», prévient le Pr. Ly.

Laisser un commentaire