Madrid : la colère de la communauté sénégalaise

Madrid : la colère de la communauté sénégalaise

Ça chauffe du coté de Lavapies, un quartier de la capitale espagnole où vit une forte communauté sénégalaise. La mort de  Mame Mbaye Ndiaye (35 ans), originaire de Pire dans le département de Tivavouane, suite à une course poursuite avec des policiers espagnoles, a soulevé la colère des modou-modou. Dès l’annonce de la mort du jeune Mame Mbaye Ndiaye, la communauté sénégalaise, fortement mobilisée, a violemment affronté la police espagnole, qui a déployé  de gros moyens pour repousser «l’ennemi».

Les affrontements ont repris ce matin dans les rues de Madrid entre policiers et la communauté sénégalais. D’après un membre de l’association des Sénégalais basés en Espagne, qui s’est exprimé sur les ondes de la radio Rfm ce vendredi, certains d’entre eux se sont attaqués à des citoyens espagnols qui vaquaient tranquillement à leurs occupations et qui n’ont rien à voir avec ce qui est arrivé à leur compatriote. Des marches sont organisées dans la plupart des villes espagnoles, notamment à la célèbre place Puerta Del Sol de Madrid.

En effet,  d’après Diawar Seck, le président des émigrés sénégalais d’Espagne qui s’est exprimé dans les colonnes du quotidien L’Observateur, les faits ont eu lieu vers 17 Heures, à Madrid, précisément au quartier Lavapies. «Le  jeune ambulant, qui écoulait tranquillement ses marchandises dans les ruelles de ce quartier, a été surpris par des policiers, au moment où il s’y attendait le moins. Ainsi, pour éviter d’être arrêté, il a pris la fuite. Malheureusement pour lui, il a été poursuivi par les hommes en uniforme, bien décidés à le rattraper. Alors,  après une course-poursuite sur une longue distance, le jeune sénégalais,  essoufflé et étouffé, est tombé à terre. Il est resté inerte. Son cœur ne battait plus. Sa langue atrocement écrasée par ses dents, est même sortie de sa bouche. Puis, sa respiration s’est arrêtée. Ses poursuivants, qui pensaient avoir réalisé un joli coup de filet, ont commencé à lui donner des coups de botte avant qu’il se relève. C’était peine perdue. Le cœur du jeune sénégalais, natif de Pire, a déjà  lâché. Il est mort sur le coup. Acheminé à l’hôpital, les médecins ont confirmé sa mort par arrêt cardiaque.»

Le défunt, qui occupait le poste de secrétaire à l’organisation dans le bureau de l’Association des émigrés sénégalais vivant en Espagne, y a bouclé ses 10 ans. D’ailleurs, l’on apprend également que ses deux parents étaient décédés derrière lui. Ce week-end, il avait entièrement nettoyé la maison de Serigne Touba, construite  à Madrid.  En effet, cachant mal son amertume, Diawar Seck a énergiquement dénoncé cette tragédie : «Il est temps que la violence policière exercée sur les Sénégalais prenne fin en Espagne. Nous ne sommes pas en sécurité dans ce pays. Et, puis nos autorités diplomatiques  ne font rien pour nous protéger. Trop c’est trop !»

Laisser un commentaire