Lutte antitabac : e-cigarettes et nouvelles techniques de marketing menacent les progrès

Lutte antitabac : e-cigarettes

En effet, les e-cigarettes et les nouvelles techniques de marketing de l’industrie du tabac menacent sérieusement les progrès réalisés dans la lutte contre le tabagisme dans le monde y compris au Sénégal. Il y a quelques années, la consommation de la chicha n’était pas sporadique comme elle l’est aujourd’hui. Avec le concours de la mondialisation, les pratiques d’usage de la chicha ont été importé au Sénégal par les libano-syriens ou d’origine maghrébine.

D’aucuns pensent que la chicha n’est pas du tabac. Ils se trompent. La chicha est constituée de 40% de tabac et une séance de tabac de 30 minutes équivaudrait à 100 cigarettes consommées. Les différents aromes utilisés dans l’usage de la chicha masquent l’accrété du tabac et donne l’illusion aux consommateurs qu’ils ne fument pas du tabac. L’industrie du tabac promeut les e-cigarettes et les cigarettes chauffées pour l’abandon de la cigarette en mettant en avant le bénéfice santé que les consommateurs peuvent en tirer. Ces allégations sont contestées par l’OMS qui ne recommande pas l’usage des E-cigarettes et les produits chauffés pour la cessation de fumer.

Le rapport publié, ce 26 Juillet 2019, constate que les pays ont fait des progrès significatifs dans la lutte contre l’épidémie mondiale de tabagisme, mais ces progrès sont menacés par les compagnies de tabac qui trouvent sans cesse de nouvelles façons de vendre des cigarettes aux jeunes, en faisant la promotion des produits tels que les cigarettes électroniques et les cigarettes chauffées avec des allégations de santé non prouvées.

Le rapport 2019 de l’OMS, sur l’épidémie mondiale de tabagisme met l’accent cette année sur l’abandon du tabac et traite des menaces de plus en plus complexes pour la santé publique causés par l’introduction et la commercialisation des cigarettes électroniques et les cigarettes chauffées dans les pays à travers le monde. L’industrie du tabac a lancé des campagnes mondiales en faveur de ces produits précités qui font appel à des enfants. En outre, elle a fait des affirmations non fondées en disant que ces « produits aident les fumeurs à cesser de fumer ». Le rapport met en évidence une preuve qui est en contradiction avec les allégations de l’industrie du tabac au sujet des e-cigarettes et des cigarettes chauffées.

Cependant, contrairement aux affirmations de l’industrie de tabac « les cigarettes électroniques et les cigarettes chauffées aident les fumeurs à arrêter les cigarettes ordinaires », le rapport conclut qu’il n’y a « aucune preuve que les fumeurs passent complètement des cigarettes ordinaires aux cigarettes chauffées (également appelés produits du tabac chauffés, ou PTN) ». La preuve de soutenir que les e-cigarettes pour « le sevrage tabagique est limitée ». Pour ces raisons, l’OMS précise « qu’elle ne recommande pas ces produits pour cesser de fumer ».

L’industrie de tabac utilise l’introduction de ces produits dans les campagnes de relations publiques pour se présenter dans le cadre de la solution à l’épidémie mondiale de tabagisme, alors qu’en fait leur activité principale est toujours de vendre des cigarettes. Elles commercialisent leurs cigarettes dans le monde entier, souvent elles font appel aux enfants et luttent contre les politiques de lutte antitabac efficaces mises en place, pays après pays. Le rapport recommande que chaque pays doit répondre à la meilleure façon de traiter les e-cigarettes et les cigarettes chauffées qui devraient être soumises à des politiques qui se sont avérées efficaces pour réduire la consommation de tabac notamment l’interdiction des arômes qui attirent particulièrement les jeunes. Les cigarettes électroniques comme Juul sont de plus en plus introduites dans les pays à travers le monde et ont provoqué une épidémie d’utilisation des jeunes aux États-Unis.

En dépit de ces défis à relever, les pays continueront de progresser dans la lutte antitabac malgré les mensonges de l’industrie du tabac qui œuvre dans les pays pour la mise en place de politiques fondées sur des données prescrites par la Convention -cadre pour la lutte antitabac. Le Brésil, l’hôte du lancement du rapport en question, est l’un des rares pays à mettre en œuvre toutes les politiques recommandées par l’OMS, y compris de grandes étiquettes d’avertissement graphiques, l’augmentation des taxes sur le tabac, une loi antitabac avec des espaces 100 pour cent sans fumée et une ligne téléphonique pour l’aide au sevrage tabagique.

Poursuivant sa position de leader, le Brésil a récemment déposé une plainte en justice qui demande une indemnisation de British American Tobacco, Philip Morris International et leurs filiales brésiliennes, pour la charge financière et le coût sanitaire que leurs produits ont coûté au pays. Dans le sens de poursuivre les progrès salvateurs documentés dans le rapport de l’OMS, il est impératif que les pays apprennent du Brésil et mettre pleinement en œuvre des solutions de lutte antitabac éprouvées. Sans une action urgente, l’usage du tabac va tuer un milliard de personnes au courant de ce siècle.
Vive le Sénégal !
Vive la République !

Baba Gallé Diallo
Email : babadediana@gmail.com

PARTAGER
Article précédentAffaire Petro-Tim : « Des témoins peuvent être poursuivis en justice » (Avocat)
Article suivantLutte: Après avoir mis Eumeu KO, Modou Lo est le nouveau roi des arènes sénégalaises
Babacar Touré
Journaliste d’investigation, Babacar Touré est le Directeur de Publication de www.kewoulo.info. Il a dirigé la publication de www.senenews.com et a été, tour à tour, directeur de publication de L’indépendant-hebdo, un journal d’investigation sénégalais. Diplômé en Sciences politiques à l’Université de Paris 8, Saint-Denis (France), ancien Reporter à la rédaction du Témoin puis à L’Obs, à Dakar, Correspondant à Paris de Sen-Tv et La Tribune, il a collaboré avec Le Courrier de Mantes -Les Yvelynes-, Le Républicain, -Essonne- en région parisienne. Livres Publiés: -«Cote d’Ivoire, violences d’une transition manquée» (L’Harmattan 2007), -« Le triomphe de l’imposture, Enquête sur l’énergie au Sénégal» (Paris Edilivres 2009)

Laisser un commentaire