Législatives : L’Armp casse le marché de transport du matériel électoral

L’Armp casse le marché de transport du matériel électoral

0
4

L’Autorité de régulation des marchés publics (Armp) a cassé le marché du transport du matériel électoral, devant servir aux futures législatives prévues dans deux mois.

 

Ce, pour «manquement aux principes de transparence, et d’intangibilité des offres des candidats».

En effet, le ministère de l’Intérieur, à travers la Direction générale des Elections (Dge), avait lancé un avis d’appel d’offres en décembre dernier pour un marché de clientèle relatif au transport du personnel et du matériel électoral.

Le marché est scindé en deux lots. Un premier lot, objet du litige, consacré au transport du matériel électoral et un second lot destiné au transport du personnel.

Ainsi, au terme de l’évaluation des offres, la Dge attribua le lot 1 à Ets Galaye Ndiaye dont l’offre était de 165 200 000 francs Cfa. Ce qui ne fut pas du gout de la  Stc. N’estimant pas juste le rejet de son offre, cette dernière a saisi l’Armp et lui a signifié que son offre fut pourtant bien moins disante que celle de l’attributaire provisoire. Et ce que la Stc dénonce, c’est surtout que l’attributaire provisoire du marché a donné un montant global et forfaitaire, alors que dans le cahier des charges, il est demandé un prix unitaire.

Quant au manquement au principe des 5 années d’expérience qui lui a été reproché, l’entreprise l’a battu en brèche.

La Direction générale des Elections, elle, pour sa défense, a souligné que la Stc a  ajouté à son offre 200 000 francs Cfa  par jour et par camion. Ce qui a rendu son offre plus onéreuse, «difficile à évaluer et moins avantageuse». De plus, l’autorité contractante a souligné que la Stc n’a produit aucune attestation d’assurance pour ses 17 camions et n’a aucunement produit de preuves justifiant 5 années d’expérience.

Tranchant le litige, l’Armp s’est voulu claire : «L’autorité contractante a, sur la base d’un tableau présenté durant l’évaluation des offres, effectué un calcul qui a permis de ramener au kilomètre la proposition financière de l’attributaire provisoire. L’autorité contractante a commis un manquement aux principes de transparence et d’intangibilité des offres des candidats.»

Contrairement à l’argument de la Direction générale des élections,  l’Armp indique que la Stc a totalisé plus de 5 années d’expérience dans le domaine du transport et a rempli le critère relatif à l’exécution d’un marché similaire au cours des 4 dernières années. Pis, l’Armp fustige le fait que la Dge ait rejeté l’offre de la Stc sans lui avoir au préalable exigé la production des attestations d’assurance pour les véhicules proposées.

Toutes raisons, qui l’ont fondé à annuler l’attribution provisoire du lot 1 dudit marché. Aujourd’hui, à 2 mois des joutes électorales, le ministère de l’Intérieur et la Dge vont devoir revoir sa copie.

Youssouf SANÉ

 

Auteur: Youssouf SANE – Seneweb.com

Laisser un commentaire