Le boulanger Saloum Keita encourt 20 ans de prison: il avait étranglé sa tante avant de lui planter un couteau dans la gorge

    Les nommés Saloum Keita, boulanger, âgé d’une vingtaine d’années, et Famara Konté, tous domiciliés à Keur Massar ont comparu hier à l’audience de la chambre criminelle du tribunal de grande instance (Tgi) de Dakar. Ils répondaient des faits d’association de malfaiteurs et d’assassinat commis sur la dame Fatimata Cissoko. Le parquet a requis 20 ans de réclusion criminelle contre eux.

    Les faits pour lesquels le beau-fils et le frère de l’époux de la défunte ont comparu hier à l’audience criminelle du Tgi de Dakar remontent en février 2016. Un jour de ce mois -là, Saloum Keita avait étranglé et poignardé la femme de son père. « C’est moi qui avais étranglé et tué ma tante. J’étais le seul présent au moment des faits, mais j’avais accusé Famara Konté », a-t-il répété à plusieurs reprises. « C’est à la suite d’une bagarre que j’ai étranglé ma tante et je l’ai poignardée deux fois à la gorge. Elle est tombée et je suis reparti me coucher dans ma chambre. Dix minutes après, j’ai entendu des cris », a reconnu l’accusé Saloum Keita qui a ainsi disculpé son codétenu Famara Konté.

    Devant les enquêteurs et le juge d’instruction, l’accusé Saloum Keita avait soutenu qu’il avait provoqué la bagarre avec sa tante et Famara Konté l’a étranglée par derrière avant de la poignarder deux fois à la gorge. D’après la fille de la victime, Ndèye Ndiaye Keita, sa défunte mère l’appelait en Espagne en disant que si elle mourait, c’est son frère Saloum Keita qui l’aurait tuée. « Mon frère Saloum est un grand menteur, il ment comme il respire. C’est notre oncle Famara qui nous a éduqués. La base de l’histoire c’est qu’il créait des problèmes et attaquait ma mère pour la sortir de la maison. Saloum a toujours eu des conflits avec ma mère et il l’acceptait mal », a déclaré la fille de la victime qui se désole que sa maman ait voulu aider son frère à se perfectionner dans sa conduite et lui donner une femme en mariage.

    A en croire le témoin Ndèye Khady Gning, qui a appelé Famara au secours lorsqu’elle a découvert le corps de sa patronne, l’accusé et sa tante n’étaient pas en de bons termes. Lors de leur dernière dispute, Saloum avait volé un sac de farine dans la boulangerie. Selon le témoin Daouda Hann, Famara criait à la morgue en disant que Fatimata Cissoko s’est suicidée. Après 4 ans et 6 mois de détention sur la base des déclarations d’un co-accusé, Famara Konté pourrait être acquitté Pour le conseil de la partie civile, El Hadji Ibrahima Ndiaye, les faits d’association de malfaiteurs et d’assassinat sont établis. Saloum Keita est passé à aux aveux après 72 heures de garde à vue. Il avait soutenu que Famara Konté l’a provoqué lors d’une bagarre avec sa tante.

    Son complice Famara a étranglé sa tante par derrière et l’a poignardée à deux reprises à la gorge pour accomplir leur plan qui avait pour but de leur ouvrir les portes de la réussite. D’après l’avocat de la partie civile, « les accusés sont dangereux et nuisibles à la société ». Le procureur a demandé l’acquittement de Famara Konté des faits qui lui sont reprochés, malgré ses propos contradictoires. En revanche, Saloum Keita a déclaré lui-même être impliqué dans le décès de la victime. Il ressort du certificat de genre de mort que la dame a été étranglée et poignardée à deux reprises.

    Le maître des poursuites a sollicité la disqualification des faits en meurtre et a requis 20 ans de réclusion criminelle pour la sanction. Les conseils de la défense ont dénoncé le fait que leur client Famara Konté ait passé quatre ans et six mois en détention sur la base d’une simple déclaration d’un coaccusé. Selon Me Ndiaye, Famara Konté a été disculpé par son coaccusé. Le conseil de l’accusé Saloum Keita a plaidé la clémence du tribunal. Me Sylva a sollicité la disqualification des faits en meurtre. La chambre criminelle a mis l’affaire en délibéré pour le 13 octobre prochain.

    Le Témoin

    Laisser un commentaire