L’affaire Abdel Kader Johnson : Le droit de savoir ! (Réponse au communiqué de la Police)

L’affaire Abdel Kader Johnson : Le droit de savoir ! (Réponse au communiqué de la Police)

C’est avec beaucoup de stupéfaction, de tristesse et de dégoût que nous avons accueilli le communiqué de la Direction générale de la police nationale sur la mort de l’élève-adjudant Abdoul Kader Johnson, qui a succombé des suites de blessures qu’il a eues au cours de sa formation. En effet, le Bureau des relations publiques de la Police nationale, dans sa volonté de redorer le blason de cette institution, cherche à faire passer cette énième mort comme un fait naturel.

Avant d’aller plus loin, nous tenons à rappeler à l’opinion que ce communiqué n’a aucune valeur juridique et, par conséquent, doit être interprété comme une strategie de défense déroulée par la police nationale pour dégager ses responsabilités dans cette tragique affaire. Les autorités de la police sénégalaise veulent étouffer l’affaire, comme tous les autres cas de cette nature.

Comment expliquer la mort de deux élèves sous-officiers en moins d’une semaine de formation ?

Dans leur volonté de se défendre, le communiqué fait état d’une « mort naturelle à la suite d’une défaillance multiviscérale sur terrain de cardiopathie ischémique et d’hépatopathie chronique ». Cet argument peut être facilement déconstruit à trois niveaux:
– d’abord, la cardiopathie ischémique est le plus souvent relevée dans les sujets d’un âge avancé ( les personnes à risques sont âgées de plus de 40 ans). Comment un jeune sportif ceinture noire et maître en Viet Vo Dao solide, non sédentaire, pas obèse, non fumeur, pas diabétique peut-il être subitement en prise de cette maladie du cœur marquée par l’insuffisance d’apport en oxygène du muscle cardiaque ?
– Ensuite, le communiqué révèle son signalement « de douleurs au niveau des membres inférieurs » alors qu’il n’aurait pas fait d’activité physique. Comment expliquer que durant toute la procédure d’enregistrement, il n’en avait pas fait état ?
– Enfin, dans le cas où les résultats de l’autopsie seraient corrects, quelle est la responsabilité de l’Ecole de Police qui l’a déclaré apte à subir sa formation quelques jours auparavant ? Comment les médecins ont-ils pu l’autoriser à débuter une formation paramilitaire avec des antécédents cardiaques et une hépatite chronique c’est-à-dire « une inflammation du foie qui persiste au moins 6 mois » ? N’est-ce pas la qualité de la visite médicale d’incorporation qui est par là remise en cause par le Bureau des Relations publiques de la police ?

Nous remettons en cause les conclusions de cette autopsie et informons l’opinion nationale et internationale que la tentative de dissimulation de la vérité ne passera pas. Nous osons espérer que le Procureur de la république a suffisamment compris d’où les mesures prises dernièrement pour exiger une nouvelle autopsie et un rapport d’enquête.

Dans l’attente de nouvelles conclusions de l’autopsie, nous osons toujours croire que la justice pourra faire la lumière sur la mort de notre défunt camarade.
Par cette occasion, nous tenons à dénoncer l’institutionnalisation de la violence policière au Sénégal. L’impunité croissante ne fait que renforcer cette violence maintenant ancrée dans les mœurs.
Abdel Kader Johnson est le dernier de la longue liste macabre des décédés dans les écoles de formation militaires et paramilitaires. Des jeunes âmes volées, alors qu’elles étaient en plein essor et étaient très souvent l’espoir de toute une famille.

L’omerta qui règne autour de ces décès n’honore absolument pas le Sénégal, encore moins ces corps. Ces jeunes sont entrés dans ces écoles en pleine possession de leurs moyens et en sont sortis les pieds devant, le corps souvent témoin des brimades subies.
Il est temps que cela cesse! Il est temps de sonner le glas de toutes ces pratiques violentes qui ont raison de ces jeunes plein d’ambitions pour leur pays.

Nous osons espérer que les plus hautes autorités de la police, seront sensibles à notre douleur et s’engageront à faire éclater la vérité, pour le bien de la Police nationale. Nous ne sommes pas en conflit avec cette dernière, nous souhaitons uniquement savoir dans quelles conditions notre camarade a perdu la vie et que la justice fasse son travail de manière impartiale.

Dans cette optique, nous appelons l’ensemble des personnes imbues de justice, les organisations des droits de l’homme, les camarades sanarois, les amis et toutes les bonnes volontés à se joindre à notre cause.

Par le Collectif Justice pour Johnson.

Laisser un commentaire