L’ABSENT LE PLUS PRÉSENT

Il y a 24 ans, disparaissait Serigne Abdoul Aziz Sy “Dabakh”. C’était le 14 septembre 1997. Depuis lors, Mame Abdou, comme l’appelaient affectueusement les fidèles Tidiane et les Sénégalais d’une manière générale, a laissé un grand vide, tant l’homme était aimé de tous les musulmans et même des non musulmans.

Ses prêches étaient aimés de tous et très attendus. Et, même s’ils datent de plus de deux décennies, les « cours magistraux » de Mame Abdou restent toujours d’actualité et servent toujours de bréviaire pour la nouvelle génération, même celle qui n’a pas vécu avec lui sur terre.

Les événements du 23 juin 2011 en étaient une parfaite illustration. Alors que les Sénégalais s’étaient levés en masse pour faire face à un projet de loi que le régime d’alors voulaient faire passer à l’Assemblée nationale, ce sont les paroles du saint homme, rappelant la mission et le rôle d’un député, qui retentissaient sur toutes les chaînes privées de radio et de télévision, faisant de lui l’absent le plus présent en ce jour mémorable durant lequel le pays était à un tournant décisif de son histoire.

Ses messages qui consistaient toujours à rappeler à l’homme sa mission sur terre, est encore plus que d’actualité. N’avait-il pas l’habitude de rappeler aux représentants du peuple leur devoir et leur sens des responsabilités

L’actualité que nous vivons avec des députés cités, à tort ou à raison, dans ses affaires de trafic de passeports en dit long sur la sagesse et la vision de l’homme de Dieu. “Dabakh” Malick, malgré son urbanité, sa gentillesse et sa courtoisie légendaires, n’a jamais hésité, à chaque fois que de besoin, à recadrer les acteurs politiques et sociaux comme les syndicalistes et les étudiants.

Né en 1904 à Tivaouane, année de l’inauguration de la Grande Mosquée de ladite cité religieuse, Serigne Abdoul Aziz Sy est le fils d’El Hadj Malick Sy et de Sokhna Safiétou Niang. C’est à la fin du mois de mars 1957 qu’il accéda au trône du khalifat.

Le 25 Mars 1957, Serigne Babacar Sy, premier khalife de Maodo, est rappelé à Dieu, mais son frère Serigne Mansour Sy (le père de l’actuel khalife) qui doit lui succéder, garde le lit et demande aux disciples qui viennent présenter leurs condoléances ou qui souhaitent recevoir le “Wird” de s’adresser à son jeune frère Abdoul Aziz Sy Dabakh. C’est ainsi qu’il trôna à la tête du khalifat de Maodo pendant 40 ans.

source emedia

Laisser un commentaire