Kolda : Le calvaire des populations à cause des fortes pluies.

Une pluie diluvienne du crépuscule de ce jeudi 10 août vient d’empirer la situation des inondations déjà compliquée avec les précédentes averses torrentielles. Dakaractu/Kolda s’est rendu dans les quartiers sous la pluie pour constater le calvaire des populations à cause de la pluie, en temps réel. Sur place, nous avons constaté des routes coupées voire impraticables, des maisons et des poulaillers remplis d’eau entre autres. Ce décor triste fait entrevoir un manque de plan directeur d’assainissement dans la commune. Les habitants de ces quartiers vivent chaque année la même situation. En plus des eaux de ces dernières pluies fortes ajoutées à celles aujourd’hui, la vie devient difficile pour de nombreuses personnes, accentuée par la coupure d’électricité. Mais grâce aux lampadaires solaires installées dans la commune, certains ont pu limiter les dégâts.

Au quartier Saré Moussa, toutes les routes internes sont gorgées d’eau ainsi que plusieurs maisons entre autres. Avec la coupure d’électricité certains se fraient difficilement un chemin en s’éclairant à la torche sous les eaux. Mais également d’autres avec les mêmes moyens rudimentaires,  tentent d’évacuer l’eau de leurs concessions.

Hawa Barry est l’une d’entre ces nombreuses personnes qui vivent ce calvaire. Elle tente d’évacuer l’eau de sa maison avec des moyens de fortune. À ce titre, elle avance avec un seau dans la main « depuis que je vis ici la situation ne s’améliore pas. Toute notre habitation est remplie d’eau, nos chambres, la véranda, la cour. Dans notre quartier beaucoup de maisons sont dans cette situation d’angoisse perpétuelle due aux fortes pluies. Nous ne savons pas comment dormir aujourd’hui ». Plus loin, un père de famille et ses enfants tentent tant bien que mal de sauver leur poulailler inondé avec une maison remplie d’eau. Pour y pénétrer, il faut marcher sur des briques alignées dans la cour pour accéder dans les chambres.

Ce dernier d’avancer avec une torche et une pelle à la main « nous vivons difficilement les hivernages. Notre quartier n’a pas d’assainissement et je risque de perdre mon poulailler. Je tente de le sauver avec les enfants en utilisant nos moyens du bord torche, pelle, balais, seaux, bols entre autres. Aujourd’hui, nous pataugeons dans les eaux et nous risquons de dormir avec l’obscurité et l’insécurité ».

Un tour au quartier Gadapara signifiant en peul rizière offre un tableau sombre avec des maisons, routes, écoles remplies d’eau. Nous croisons au carrefour du poste de santé des jeunes qui cherchent à se frayer un chemin dans les eaux pour ne pas tomber ou heurter un objet tranchant ou autre. Dans les maisons, on reconnait les silhouettes des individus grâce aux lumières de leurs torches en tentant d’évacuer l’eau. Dans ce quartier le seul canal d’évacuation des eaux pluviales est rempli et constitue un danger permanent pour les usagers.

Presque partout dans les quartiers périphériques et même au centre-ville un sérieux problème d’assainissement se pose. D’ailleurs, cette nuit beaucoup de familles vont dormir ou patauger dans les eaux pluviales ou voir leur habitation détruite. Et cette tendance est la même presque dans toute la région. La pluie continue de tomber au moment où nous écrivons ces lignes…

Laisser un commentaire