Justice: La torture psychologique commence à affecter l’imam Alioune Badara Ndao

Justice: La torture psychologique commence

Incarcéré depuis plus de deux ans pour des crimes de terrorisme présumé, l’imam Alioune Badara Ndao devait être jugé hier. Mais, pour des raisons inexpliquées, le jugement a été renvoyé au 14 mars. Et le fait de savoir que son procès a été reporté ultérieurement a participé à le fragiliser psychologiquement.

 

Arrêté pour les chefs d’inculpation de terrorisme et de financement de terrorisme, l’imam Alioune Badara Ndao est en train de sombrer. Après ses dernières sorties triomphales au tribunal correctionnel de Dakar ou des centaines de partisans étaient venus l’acclamer, le présumé représentant de Boko Haram au Sénégal se morfond dans sa cellule du camp pénal de Dakar. A en croire des confidences, de son avocat, fuitées dans la presse, le maitre coranique de Kaolack commence à perdre patience de sa longue détention préventive.

A en croire Me Moussa Sarr, son client -qui l’aurait reçu hier- aurait eu ces mots lourds de sens et certainement de conséquences: «Ce sera très dur. Je suis peiné par les renvois du procès. Ce sera encore très dur pour moi et pour mes codétenus. Nous sommes fatigués de la longue détention et des nombreux va et vient entre la prison et le tribunal. Pensez à tous ces gens qui sont en détention depuis plusieurs mois, ils vont devoir retourner en prison alors qu’ils avaient espoir d’être jugés aujourd’hui.»

A défaut de parvenir à faire plier les détenus, l’Etat du Sénégal -qui les poursuit- a décidé de jouer sur leur moral. Après avoir échoué la bataille médiatique -de les présenter comme de véritables terroristes-, le gouvernement cherche à les affaiblir psychologiquement. Pour certainement négocier leur sortie. Après les avoir arrachés à l’affection des leurs dans la nuit du 26 au 27 octobre 2015, le régime qui a compris qu’il a perdu la bataille de l’opinion avait essayé de casser l’imam; en l’envoyant à Saint-Louis, loin des siens.

Comme il l’avait fait avec les rebelles du MFDC -Nkrumah Sané surtout-, par ce procédé le gouvernement cherche à isoler le détenu de sa famille comme de ses soutiens. A la longue, de nombreux détenus privés de visites et soumis à ce genre de traitement dégradant finissent, toujours, par perdre la raison. Arrêté à Kaolack, l’imam aurait dû être détenu à la maison d’arrêt de Kaolack. Et, ainsi, puisqu’il est présumé innocent, bénéficier de tous ses droits y compris à l’unité familiale. Aussi, alors qu’il devait être incarcéré à la maison d’arrêt de Reubeus, le gouvernement a -en violation totale de tous ses droits-, décidé de le placer -avec ses camarades- au camp pénal de Dakar. Une prison, normalement, réservée aux personnes déjà condamnées.

 

Laisser un commentaire