Justice : Six mois de prison pour avoir injurié et violenté sa mère de 84 ans

Justice : Six mois de prison pour avoir injurié et violenté sa mère de 84 ans

Djiby Sy, âgé de 58 ans, a comparu hier à l’audience des flagrants délits du tribunal de grande instance de Dakar. Il répondait des faits d’injures et détention d’arme, de violences et voies de fait sur une personne vulnérable, en l’occurrence sa mère âgée de 84 ans. A la barre, la mère a déploré le comportement de son fils. Déclaré coupable, le prévenu a écopé de 6 mois de prison fermes.

A la barre du tribunal, une affaire de famille était au centre des débats. Une mère faisait face à son fils. A l’en croire, l’ancien émigré refoulé d’Italie passe son temps à troubler la quiétude de la maison. Ivrogne notoire et fumeur de chanvre indien, Djiby Sy mène la vie dure à sa vieille mère. Il avait été conduit à la police par son jeune frère suite à la plainte de sa génitrice qu’il a frappée.

Résultat : la vieille parvient à peine à marcher. Le dos courbé, elle était assise sur une chaise lors de l’audience. « Je fumais du yamba, mais j’ai arrêté. Maintenant, je bois de l’alcool » s’est gauchement défendu le prévenu qui nie avoir frappé sa mère. « Je reconnais que ma mère m’a conduit jusqu’à Thiénaba pour me soigner afin que j’arrête de boire de l’alcool » a poursuivi le prévenu. 

« Ce qu’il fait, ce n’est pas sûr. S’il continue, il risque de te blesser », a averti le fils cadet de la plaignante. Celle-ci soutient que quand son fils est ivre, il n’épargne personne et se met à injurier tout le monde. « Il a été arrêté plusieurs fois pour des faits similaires. C’est son défunt père qui se plaignait de ses agissements. C’est honteux pour un gros gaillard, entretenu, nourri et logé par sa mère de la maltraiter et la tourmenter » sermonne le juge. 

D’après la maman qui a comparu malgré son âge, elle ne demande que la paix et la tranquillité dans sa maison. «Je veux qu’il aille chercher une chambre ailleurs et je suis disposée à lui payer la location », a déclaré la plaignante. Le ministère public a requis l’application de la loi pénale. Il a sollicité une peine de 2 ans dont 6 mois ferme à l’encontre du prévenu. Le juge a suivi le parquet dans son réquisitoire et a condamné le prévenu à deux ans de prison dont 6 mois fermes.

Le Témoin

Laisser un commentaire