Justice : Pape Demba Ndour et Babacar Guèye écopent de 6 mois avec sursis pour escroquerie foncière

Pape Demba Ndour et Babacar Gueye ont comparu hier devant la barre du tribunal de grande instance de Dakar pour répondre du délit d’escroquerie. Le tribunal, après les avoir déclarés coupables, les a condamnés à six mois de prison avec sursis et à payer solidairement la somme de 2 millions francs au plaignant.

Attraits lundi à la barre du tribunal de grande instance de Dakar pour une affaire d’escroquerie, les prévenus Pape Demba Ndour et Babacar Guèye ont catégoriquement nié les faits qui leur ont valu leur comparution. Commerçant de son état, Babacar Guèye a déclaré devant la barre ceci : “Je lui (Ndlr, le plaignant) ai vendu deux terrains depuis 2017. Il est revenu un jour pour me demander de revendre les terrains et de lui donner l’argent“.

A en croire le prévenu Babacar Guèye, il ignorait ce qui a poussé son client à vouloir revendre les terrains. Parce que, selon lui, il n’y avait aucun litige. Pour sa part, Pape Demba Ndour a confié avoir procédé à une vente parce que les terrains lui appartenaient. “J’ai même eu à vendre d’autres parcelles et personne ne s’est plaint”, s’est défendu le prévenu qui soutient avoir laissé les papiers à la partie civile.

Selon la partie civile, Pape Malick Boye, les terrains qui lui ont été vendus faisaient l’objet de litige, c’est la raison pour laquelle il a dit à son vendeur de les revendre. « Le terrain faisait objet de litige et à chaque fois que je posais des bornes, on les enlevait et c’est par la suite que je lui ai dit de les revendre. Tout ce qu’il a dit n’est pas vrai, on nous a entendus une fois et c’est là qu’il m’a demandé de me désister en échange de la somme de deux millions de francs », a soutenu la partie civile devant la barre.

Poursuivant, elle a ajouté que tout ce qu’elle veut, c’est qu’on lui donne ses deux millions francs. Ne doutant pas de la culpabilité des prévenus, le maître des poursuites a requis six mois ferme à leur encontre. Pour l’un des avocats de la défense, il n’y a eu pas d’escroquerie. « Il n’y a pas d’escroquerie car mon client dispose bel et bien de terrains qui lui ont été attribués en vue de cession. On lui a cessé une vingtaine de sites et ces sites sont litigieux et je peux en témoigner », a plaidé l’avocat.

A l’en croire, c’est parce que que son client a été emprisonné et c’est pourquoi il ne pouvait pas payer l’argent. « On avait entamé des discussions pour régler ce problème à l’amiable. Elles n’avaient pas abouti parce que, tout simplement, il était en prison. Il n’y a pas d’escroquerie parce qu’on ne peut pas donner un terrain à une personne, surseoir à l’achat et ne pas récupérer ses papiers. C’est la raison pour laquelle je vous demande de le condamner à payer les terrains », a fait savoir la robe noire.

Pour son autre confrère de la défense, il ne peut y avoir d’escroquerie parce que son client n’a commis aucune faute pouvant être qualifiée d’escroquerie. « Je vous demanderai de le relaxer pour l’escroquerie et de le libérer au bénéfice du doute. Si vous pensez que mon client est coupable, je vous demande de lui faire une application bienveillante de la loi », a-t-il plaidé.

Au final, le tribunal a déclaré les prévenus Babacar Gueye et Pape Demba Ndour coupables d’escroquerie et les a condamnés à six mois de prison avec mois avec sursis. Ils devront aussi payer solidairement la somme de millions francs à la partie civile Pape Malick Boye, rapporte Le Témoin.

Laisser un commentaire