Justice: Un juge attaque le ministre Malick Sall devant la cour suprême pour “abus de pouvoir”

Justice: Un juge attaque le ministre

C’est un événement inédit dans les annales judiciaires sénégalaises qui va se dérouler les semaines prochaines. Longtemps resté aphone depuis son affectation-sanction du tribunal de Podor, dans le nord du Sénégal, le juge Ngor Diop a décidé de briser le silence. Et de refuser d’accepter docilement son sort. Ce sort que lui a voulu le ministre de la justice, Me Malick Sall, qui l’a déplacé de son poste de président du tribunal de Podor pour celui moins reluisant de conseiller technique suite à son refus de suivre les recommandations de la chancellerie.

Alors que tout le monde s’attendait à ce qu’il continue de baisser la tête et à chercher à entrer dans les bonnes grâces du régime, le juge Ngor Diop a décidé d’ouvrir les hostilités avec sa hiérarchie. Hier, par le canal de ses avocats, il  a fait savoir qu’il attaquait la décision du ministre de la justice devant la chambre administrative de la Cour suprême. Cette décision que le juge Ngor Diop a du mal à accepter, c’est son affectation de son poste de président du tribunal d’instance de Podor vers le tribunal de Thiès où il n’occupe, désormais, qu’un banal poste de conseiller technique à la Cour d’Appel.

Comme l’avait promis son syndicat, l’UMS, c’est un pool d’avocats conduit par Me Ousmane Sèye qui a déposé le recours. Et dans leur réquisitoire, les avocats se sont attaqués à la décision du ministre de la justice qu’ils qualifient “d’abus de pouvoir.” A en croire les avocats du juge, “il a été affecté à Thiès parce qu’il a refusé de faire ce que le ministre de la justice lui avait demandé de faire.” Selon de nombreux témoignages recueillis par Kewoulo, “le juge a déclaré avoir reçu plusieurs appels du procureur de la République et du procureur général de Saint-Louis, lui demandant tous de libérer un détenu avant la fête de Korité.”

Jaloux de l’indépendance du juge de siège, Ngor Diop avait refusé d’accéder à cette demande de liberté provisoire demandée par Me Malick Sall, le ministre de la justice, au bénéfice de ce notable que le régime voulait protéger. Pire, il a maintenu le prisonnier, Mamadou Loum, en détention, l’a traduit devant le tribunal et l’a condamné mêmesi c’est à une peine symbolique de sursis. C’est cette “insubordination” que le ministre de la justice a voulu faire payer au juge Ngor Diop, en le relevant purement et simplement de son confortable fauteuil du président du tribunal de Podor à celui, moins moelleux, de conseiller technique à la Cour d’Appel de Thiès.

Pour rappel, c’est une plainte d’associations de femmes contre la destruction de leurs champs par des bêtes en divagation qui a poussé le président du tribunal à agir après l’arrestation effectuée par les gendarmes du marabout Mamadou Loum qui laissait, sans surveillance, ses animaux. Et son arrestation comme sa détention avaient soulevé la colère de la chancellerie. Pour tirer cette affaire au clair devant la chambre administrative de la Cour suprême, les avocats ont exigé les auditions du juge Ngor Diop. Mais, aussi, de Souleymane Téliko, le président de l’Union des Magistrats du Sénégal. Ce dernier est, lui aussi, engagé dans un bras de fer avec le ministre de la justice.

1 COMMENTAIRE

  1. C’est un secret de polichinelle, tout le monde sait qu’en Afrique et particulièrement au Sénégal, la police et la gendarmerie sont des lieux de torture. Ils sont presque toujours impunis, sauf dans de rares cas où les choses sont trop flagrantes pou être mis sous silence.

Laisser un commentaire